Leurs amis d'ici réagissent

— 

« Libérés », « free », « ils sont libres », des mots écrits au feutre sur les affiches avec les photos des de Stéphane Taponier et Hervé Ghesquière, dans le hall de la rédaction de France 3 Montpellier. En début d'après-midi, « c'était l'incrédulité quand on a appris la nouvelle. Tout le monde s'est jeté sur les téléphones portables et sur Internet », confie Isabelle, journaliste qui a connu Hervé il y a cinq ans. Les journalistes montpelliérains avaient le sourire après la libération des deux otages, dont l'un a travaillé à Montpellier. Une bonne humeur décuplée au passage de Thierry, le frère de Stéphane, sur le plateau du journal. « Il est dans l'émotion, il déconne », sourit Jérôme, journaliste à France 3 Montpellier et ami de Stéphane depuis une quinzaine d'années. Il accompagnera le frère de celui-ci au pied de l'avion ce matin pour accueillir les otages.N.G.
Lire aussi p. 4 et 6