Les condamnés chez les religieux

— 

Les « bâtisseurs » auront de l'aide.
Les « bâtisseurs » auront de l'aide. — EPG & CONGREGATION SAINT JOSEPH

Le chantier du monastère Saint-Joseph à Puimisson, près de Béziers, accueille depuis quelques jours ces premiers TIG, les personnes condamnées par la justice à des heures de travail d'intérêt général. Un premier quota, déjà considérable, de 1 300 heures est mis en place. Ils s'occuperont notamment de l'aménagement des espaces verts autour de l'église du monastère, de la création du chemin d'accès pour les personnes à mobilité réduite et de la rénovation de salles de restauration et d'accueil. Un chantier gigantesque qui offre aux juges d'application des peines de l'Hérault une bouffée d'oxygène alors que seule la moitié des TIG ont été effectués dans le bassin Montpelliérain en 2010 (120) faute de structures d'accueil dans le département ( lire notre article «Pas de places, pas de peines» du 14 mars 2011). Il s'agit là d'une collaboration inédite entre le ministère de la justice et des libertés et les moines et moniales de Saint-Joseph. La congrégation avait fait le buzz sur le Net avec son lipdub sur Claude François, destiné à recueillir des dons pour aider à la construction du monastère.C.R.