Les japonais d'ici se mobilisent

tatiana tissot

— 

Akemi et Sayaka, hier soir.
Akemi et Sayaka, hier soir. — T.tissot / MDS / 20 MINUTES

Montpellier suit de près la catastrophe japonaise. Après un cahier de doléances dans le hall de la mairie, une cérémonie a réuni une centaine de personnes hier soir sur la place Jean Jaurès. Des représentants de l'entreprise japonaise Oriba installée à Montpellier et des associations nippones étaient réunies à l'initiative de la Ville et de Kaoru Ohto, une pianiste japonaise installée à Montpellier.

Une association pour les dons
Elle vient de créer l'Association Japon 34 pour réunir des dons pour les victimes. « J'ai lancé cet appel pour réunir les Japonais de Montpellier car je n'en connaissais pas beaucoup. » Sa famille vit assez loin des lieux de la catastrophe, tout comme celles de deux étudiantes en français, Akemi Nishikawa et Sayaka Tsuji. « Je suis très choquée. On ne peut rien faire alors je prie tous les jours », confie Akemi. Elle avait prévu de s'envoler vers le Japon en juin, mais compte retarder son retour au pays. « J'habite à Kyoto, mais je dois transiter par Tokyo et la radioactivité m'inquiète », explique-t-elle. Diverses soirées de soutien sont aussi prévues prochainement, dont une demain soir au Milk « avec de nombreuses personnalités régionales », annoncent les organisateurs.