haro sur le travail illégal dans le btp

caroline rossignol

— 

Le bâtiment représente 36 % des faits de travail illégal constatés dans l'Hérault en 2010.
Le bâtiment représente 36 % des faits de travail illégal constatés dans l'Hérault en 2010. — S. POUZET / 20 MINUTES

Les chiffres ont parlé. En 2010, le montant de redressements à la suite de travail illégal s'élève à 4,7 millions d'euros, contre à peine un million en 2009 dans le département. Concernés par ces procédures, l'hôtellerie-restauration, mais surtout le bâtiment. « Plus d'un tiers de procès-verbaux sont dans le BTP, c'est un vivier du travail dissimulé », explique le procureur Brice Robin. Gendarmerie, police, inspection du travail, Urssaf... Tous les organismes de l'Etat coopèrent dans cette bataille pour reprendre le contrôle d'un secteur en pleine explosion. On constatait l'an dernier une hausse de 40% du nombre de permis de construire dans l'Hérault.

Travail de longue haleine
Mais d'autres travaillent en sous-main. Des entrepreneurs jouent aux détectives privés, à la recherche de chantiers suspects. « Quand on voit une grue tourner le samedi ou qu'il n'y a pas de panneau de chantier, c'est pas normal », indique Patrick Ceccotti, de la Fédération française du bâtiment. « Nos gars prennent des photos, suivent le personnel jusqu'à chez eux. On a ciblé deux chantiers à Montpellier où des travailleurs étrangers sont emmenés en fourgon à 6h45 le matin et ramenés à la nuit tombante, tous ensemble, dans la même résidence. » Fliquer les confrères, « un combat qui ne plaît pas, qui use mais qui est vital », selon Patrick Ceccotti. « C'est une concurrence tellement déloyale... Et la préfecture et la direction du travail nous demandent des preuves ».

fraudes aux allocs en ligne de mire

La lutte contre les fraudes sociales (CPAM, CAF, Pôle Emploi...) est l'autre priorité des services de l'Etat. En 2010, elles s'élèvent à 2,7 millions d'euros dans l'Hérault. En ligne de mire, les « nids de surpeuplement », à savoir la domiciliation fictive de nombreuses personnes à une seule adresse alors qu'elles vivent à l'étranger.