la piste d'un cargo-tram pour livrer

caroline rossignol

— 

Le matin, les livreurs de marchandises envahissent la rue de la Loge, au-delà du délai légal.
Le matin, les livreurs de marchandises envahissent la rue de la Loge, au-delà du délai légal. — c.rossignol / mds / 20 minute

«Il est 9h15 et je suis déjà dans l'illégalité », soupire Xavier au volant de son « trois-tonnes » garé place de la Comédie. Quinze ans qu'il est livreur, et toujours la même galère. « On est doit libérer la zone à 9 h, mais les boutiques n'ouvrent qu'une heure plus tard ». Résultat, rue de la loge, les transporteurs de marchandises patientent en double file.

L'enjeu, fluidifier le trafic
Tous viennent des plateformes de distribution aux abords de la ville, comme à Garosud. Autant de véhicules qui encombrent le trafic matinal. Et l'engorgement empire à mesure que la ville avale de nouveaux habitants. « Chaque année, le trafic s'amplifie de 5 % », explique Vincent Meyer, responsable des déplacements à la mairie. Pour fluidifier la circulation, il a pensé à un remède miracle :  le cargo-tram. Autrement dit, utiliser des rails pour transporter les marchandises. « Un tram entrerait dans les points de distribution. On y chargerait les colis qui seraient amenés jusqu'à d'autres plateformes, à l'entrée du centre », imagine le technicien. Oui, mais où exactement ? Le foncier disponible fait défaut. Et l'idée, est-elle applicable à tous les types de marchandises ? « Vous voyez les livreurs faire rouler les fûts de bière depuis la station jusqu'aux bars à ravitailler? », ironise Xavier qui a eu vent de l'idée. « L'hypothèse est intéressante, mais il y a beaucoup de boulot avant de l‘envisager sérieusement », reconnaît Vincent Meyer. Il rencontre ce mois-ci les transporteurs. Car quoi qu'il en soit, une alternative aux camions est incontournable.

un problème propre à Montpellier

Montpellier est -avec Orléans- la seule cité à réfléchir à une réorganisation des livraisons de marchandises. C'est ce qui résulte du 1er forum du réseau des centres-villes durables qui s'est tenu en février. Actuellement elles ont lieu entre 4 et 10 h (9 h, à la Comédie) et toute la journée pour les 20 véhicules électriques (soit 15% des livraisons).