dix siècles d'histoire ignorés

caroline rossignol

— 

Vous êtes des milliers à passer devant chaque jour. Nombreux sont ceux qui pensent que les grandes baies vitrées de la place Jean-Jaurès marquent l'accès à un parking souterrain. Et pourtant, là, sous nos pieds, se trouve la crypte de Montpellier. Des lieux qui recèlent dix siècles d'histoire, racontés aujourd'hui par Mélanie Charpentier, journaliste à radio Clapas, dans l'émission Les murs ont des oreilles*. Cette plongée au coeur de la crypte est le 3ème épisode d'une série de 13 qui retracera, pendant un an, l'histoire de Montpellier, depuis sa fondation en 985, jusqu'à la renaissance. « La crypte est le seul vestige visible de la création de Montpellier. C'est ce qu'il y avait sous l'Eglise Notre-Dame des Table, la première église de la ville, bâtie au XIIème siècle », explique la jeune femme. L'église qui n'existe plus :elle fût détruite pendant la révolution, en 1794.

Le coeur du commerce
A sa construction, ce n'est qu'une chapelle. Mais elle attire les papes qui viennent y vénérer une vierge noire ramenée des croisades. Elle accomplissait des miracles, disait-on alors. « On retrouve cette vierge sur le blason de Montpellier.» A l'époque, la ville n'existe pas. C'est qu'une exploitation agricole. Mais dès le XIIIème siècle, des banquiers s'installent au pied de l'église. La place devient le lieu d'échange de monnaie, sur les fameuses tables qui donneront leur nom à l'édifice. Chaque contrée a sa propre monnaie. Celle de Montpellier s'appelle alors la Melgorienne, en référence au comte de Melgueil, l'ancien nom de Mauguio. C'est à partir de ce moment que la cité va se développer.