Moure-Mandroux, duel pour l'agglomération

recueilli par Nicolas guyonnet et caroline rossignol

— 

Ils sont deux à revendiquer la présidence de l'agglomération de Montpellier. Qui d'Hélène Mandroux, le maire de la ville-centre, ou de Jean-Pierre Moure, le maire de Cournonsec (commune de 2 100 habitants située au Nord-Ouest de Montpellier) héritera de la place vacante laissée par Georges Frêche ? C'est ce que décideront les 90 conseillers communautaires lors d'un conseil extraordinaire convoqué début décembre.
Cette élection est programmée après la désignation par les conseillers municipaux de Montpellier de celui qui siégera à l'agglomération pour le compte de la ville à la place du défunt. En bonne position, Jean-Louis Roumégas. L'élu Verts, dans l'opposition municipale depuis 2008, n'a jamais caché son désaccord avec la politique de Georges Frêche. «Aujourd'hui, les choses sont différentes, il faut redistribuer les cartes» confiait à 20 Minutes, celui qui affiche désormais l'ambition de voir le parti écologiste peser à l'Agglomération. Première phase : rejoindre les rangs de la majorité municipale. « Le maire a distribué le nombre maximal de postes d'adjoints pour une ville de cette dimension. Il faut faire du ménage, si on veut voir les accords aboutir. » La donne politique a bel et bien changé. Et dans la course à la présidence, la position du PS sera déterminante. D'un côté de la balance, Hélène Mandroux, sur laquelle Martine Aubry a déjà misé lors des élections régionales, de l'autre, Jean-Pierre Moure et son indéniable expertise développée à l'Agglo en qualité de premier vice-président. Seule certitude, ils sont tous deux condamnés à s'entendre.