« JE serai dans une logique légitime de continuité d'action »

— 

Jean-Pierre Moure est soutenu par 26 des 27 vice-présidents et par plusieurs maires.
Jean-Pierre Moure est soutenu par 26 des 27 vice-présidents et par plusieurs maires. — N.GUYONNET / MDS / 20MINUTES

Pourquoi vous présentez-vous ?
Pour l'heure, j'assure l'intérim, le fonctionnement de l'institution ne change pas. Il y a une continuité dans les dossiers. L'agglo est stable et structurée. Rien ne change pour les 27 vice-présidents dont 26 m'ont sollicité pour prendre la présidence. C'est un symbole fort d'équité de donner la présidence au maire d'une petite commune. On ne regarde pas le poids d'un élu par rapport à la taille de la commune.
En quoi êtes-vous légitime ?
Je suis premier vice-président depuis 2002. J'ai assuré plusieurs fois l'intérim dont l'un durant huit mois et l'Agglo a très bien fonctionné. J'étais le plus proche de Georges Frêche dans la mise en place des actions d'urbanisme et de politique foncière et je fédérais les élus dans le respect. Je serais dans une logique de continuité avec une légitimité d'action. On est habitué à me voir assumer les responsabilités. Hélène Mandroux était deuxième vice-présidente mais on l'a rarement vue en bureau. Elle n'a plus assumé son poste. L'Agglo, ça se mérite, ça s'acquiert par le travail, ce ne doit pas être un caprice pour avoir davantage de moyens.

Quels seront vos projets?
L'ensemble de ce qui a été initié sera réalisé en fonction des moyens financiers. Il faudra aussi aller plus loin dans les grands enjeux et défis du territoire.

Lesquels?
Le plan Campus est un dossier à booster rapidement. Le projet Ecocité sur l'avenue de la Mer en va être un projet pilote national. Nous devons aussi accélérer sur les transports. Nous devons nous affirmer par rapport aux grandes métropoles et peser au niveau national et international.

En fusionnant les agglos par exemple?
On doit relever ce défi. Je l'ai annoncé aux responsables des intercommunalités nous entourant. Les 40 ans à venir se jouent ces deux prochaines années. Il ne faut pas perdre de temps dans l'intérêt des populations.