Des stations-service fermées

— 

ça se bouscule dans les stations ouvertes
ça se bouscule dans les stations ouvertes — N.GUYONNET / MDS / 20minutes

Les files d'attente étaient longues hier dans les stations essence encore ouvertes. Les automobilistes ont pris d'assaut les pompes à essence, dès l'aurore. « Habituellement je fais le plein chaque lundi. Il me reste du carburant mais j'anticipe », confie un automobiliste à la station Elf de l'avenue Mendès-France, où 27 véhicules attendaient. En début d'après-midi, le rideau de fer y était baissé. Sur l'avenue de Palavas, à Agip, Corinne et Eric ont fermé l'accès à leur station. Une affiche indique en rouge qu'il n'y a plus de carburant. « On reste ouvert car on nous a dit qu'on nous livrerait en dépannage dans l'après midi. » Leur cuve de gazole, remplie samedi matin, était vide dimanche après-midi. « Les derniers litres de sans-plomb sont partis ce matin [hier] très tôt. Ces dix derniers jours, nous avons été en rupture de gazole à deux reprises. On essaie d'expliquer aux gens de ne pas paniquer, mais ils n'entendent rien », regrettent les gérants de la station. En début d'après-midi, le dépôt de carburant de Frontignan, bloqué depuis dimanche par des cheminots, a été rouvert par les forces de l'ordre. Les employés de ce dépôt se sont alors mis en grève. Aucun camion n'a été rempli. Certains personnels se seraient engagés hier auprès du préfet à reprendre le travail, ce matin à 4 h. N. G.