une ville-campus unique en france

caroline rossignol

— 

Atrium, un learning center comme à Glasgow.
Atrium, un learning center comme à Glasgow. — Pres

Les six équipes composées d'architectes, d'urbanistes, de paysagistes ou encore de sociologues qui ont répondu à l'appel d'offre pour dessiner le campus de demain, rendent leur copie le 12 octobre. Le meilleur ? « Celui intégrera ce campus à la ville de façon unique », souligne Patrick Tondat, le directeur général délégué à l'opération campus. Sur le plan de l'urbanisme d'abord. Pas question de répéter les erreurs des années 1970, qui ont vu pousser une multitudes des barres d'immeubles. S'il faut raser, la priorité, c'est donc Triolet : « trop cloisonné ».

L'atrium, modèle unique de B.U.
Dans cette démarche d'ouverture, une question se pose : comment relier l'UM2 et l'UM3, déchirées par la route de Mende ? « On aura tout compris si on transforme ce flux routier par une avenue moderne avec beaucoup de commerces, et pourquoi pas piétonnière» ajoute ainsi Patrick Tondat. Second axe de travail : la vie étudiante. L'atrium présage une révolution. Cette bibliothèque, d'une surface équivalente à celle de Richter, sera au coeur du campus. « Il y aura une salle de sport, mais surtout, une crèche: Qui dit que les étudiants ne seront pas autonomes plus vite qu'aujourd'hui ? C'est aussi une façon d'intégrer les chercheurs, les enseignants. Je veux que les gens se croisent : l'échange d'idée est indispensable à l'innovation» Et en la matière, Montpellier Sud de France se devra d'être dans le top 10.

le projet campus : deux dossiers bien distincts

1/ L'opération campus. C'est l'aménagement urbanistique de l'université unique Montpellier Sud de France. L'État y investit 325 millions d'euros, la région, 162,5 millions et la ville, 50 millions. (lire ci-contre)2/ L'initiative d'excellence. Elle compile les projets, soumis à validation de l'État, des pôles d'excellence comme la chimie ou la santé. (lire ci-dessous)