les mille vies du vieux vicomte désargenté

— 

Amaury d'Harcourt est accusé de complicité d'homicide volontaire.
Amaury d'Harcourt est accusé de complicité d'homicide volontaire. — n.guyonnet/mds/20minutes

« Un ado qui manque du sens de la mesure », « un irresponsable qui plane », « un gamin »... Les témoignages des membres de la famille du vicomte, recueillis par les experts psychologues ne manquent pas de piquant pour décrire le vieil homme de 85 ans. Né en 1925, le vicomte ne portera jamais le titre de marquis, soufflé par son frère aîné comme le veut la tradition. Des familles issue de l'aristocratie du Moyen-Âge, il n'en reste que trois en France. Pour comprendre cet héritage familial, les experts ont défilé toute la journée, décortiqué le moindre événement d'une vie sans pareil.

Fantasque et sous contrôle
D'Harcourt, un homme aux multiples visages. Successivement chercheur d'or en Afrique, éditeur de disques, fournisseur officiel de sangliers pour la chasse présidentielle, cadre incontournable de l'association « invitation à la vie»... Alors qui est-il vraiment? Un homme à femmes, c'est certain. « Une vingtaine a compté dans ma vie», lâche-t-il à l'avocat général Georges Gutierrez, après un moment de réflexion. S'en suit un interrogatoire du parquet. « Vous avez un grand respect pour la vie et pour les êtres humains ? ». Réponse de l'accusé : «  Bien sûr, et surtout pour les femmes. » Depuis son box, Jean-Michel Bissonnet balance subrepticement sa tête de droite à gauche. Voilà qui fissure sa ligne de défense. Message envoyé aux jurés : celui d'un vieillard incapable d'avoir joué un rôle plus grave que celui de l'ami fidèle qui jette l'arme du crime. à la question de Georges Gutierrez «où êtes-vous prêt à aller par amitié ?», il lance « je l'ai prouvé, non ?». Malgré les regrets ressentis par le suspect, l'une des expertes dira finalement : «C'est un homme sous contrôle permanent, qui m'a donné le sentiment de ne pas dire toute la vérité».C. R.

Le feuilleton judiciaire à la télé

Impossible d'y échapper : l'affaire sera sur vos écrans dès la fin de l'année. Anne-Sophie Martin, journaliste à M 6, élabore déjà la trame de « Coupable, non coupable », diffusé au printemps 2011. « Ce qui nous intéresse, c'est l'idée que le doute plane jusqu'au bout. » Il faut dire que l'improbable triptyque de suspects a du piquant. « On a tout : le self-made man de grand talent, l'aristocrate sans le sou et le jardinier illettré ». Direct 8 dépêche également deux journalistes pour un documentaire. Diffusion prévue le 1er novembre dans «présumé innocent». Quelques jours seulement après le verdict.