Montpellier : A la plage et dans les lacs et les rivières, quelle est la qualité des eaux de baignade ?

PLOUF L'agence régionale de santé a livré son étude sur la qualité des eaux de baignade

Nicolas Bonzom
— 
A la plage, à Carnon.
A la plage, à Carnon. — N. Bonzom / Maxele Presse
  • L’agence régionale de santé d’Occitanie a publié son étude sur la qualité des eaux de baignade dans la région : plage, mais aussi rivières et lacs.
  • En Languedoc, au bord de la Méditerranée, le bilan est excellent : toutes les zones de baignade de l’Hérault et du Gard bénéficient d’une eau d’une qualité excellente.
  • Dans les plans d’eau douce, la qualité est un peu plus disparate, en revanche.

Avant d’aller faire trempette dans la Méditerranée ou dans les lacs et les rivières de l'Hérault et du Gard, on se mouille la nuque et… on jette un œil à la qualité de l’eau. Comme chaque été, l’agence régionale de santé (ARS) d’Occitanie a livré son étude sur les analyses effectuées au bord de la mer et sur les plans d’eau douce. On fait le point.

Excellent pour 65 zones

Pour ceux qui raffolent de la plage, le bilan est excellent à l’est de l’Occitanie. Dans l’Hérault, les 65 zones sont classées en excellente qualité, le plus haut classement attribué par l’ARS. C’est le cas de toutes les plages de la Grande-Motte, de Carnon, de Palavas-les-Flots, de Villeneuve-lès-Maguelone, de Frontignan, de Sète, de Marseille, d’Agde, de Vias, de Portiragnes, de Sérignan et de Valras-Plage. Mais une eau d’excellente qualité n’empêche pas les baigneurs d’être vigilants. Ponctuellement, l’ARS peut détecter des contaminations, qui entraînent une fermeture temporaire du site, comme la plage Saint-Clair, à la fin de l’été 2021, à La Grande-Motte.

Dans les plans d’eau douce, la qualité est plus disparate

Pour ceux qui préfèrent le charme sauvage du Gard, l’ensemble des plages du Grau-du-Roi ont, elles aussi, une eau d’excellente qualité : le Boucanet, la Rive droite, la Rive gauche, Port-Camargue Nord, Port-Camargue Sud et la Pointe de l’Espiguette.

Dans les plans d’eau douce, le bilan est plus disparate. Dans l’Hérault, sur les 42 sites contrôlés par l’ARS, 29 sont d’excellente qualité. C’est le cas des plus prisés, comme les lacs du Salagou et de Cécélès, le plan d’eau de la Carrière au Crès ou le pont du Diable. Huit sont de bonne qualité, dont le Moulin de Brunan ou le plan d’eau d’Orb-Taillevent.

Drapeau rouge sur le Bouloc, les Plantiers, le Gouffre Mourier et l’aire d’Aumessas,

Deux sites, en revanche, interrogent : Laroque-Hérault Le village, qui est passé en un an d’une bonne qualité à une qualité suffisante, et celle d’Agel-Cesse Le Boulidou, qui dégringole d’une qualité excellente à une qualité suffisante. Dans ces zones classées orange, on peut, tout de même, faire trempette. Mais « cela montre que le site est fragile, explique Julien Faizandier, référent des sites de baignade à l’ARS. L’exploitant doit mettre en œuvre des actions afin d’améliorer le classement. »

Attention, drapeau rouge sur le plan d’eau du Bouloc, à Ceilhes et Rocozels, dont la qualité est insuffisante. Il a été fermé, en attendant que l’on débusque les causes de la contamination.

Et dans le Gard ?

Dans le Gard, sur les 77 rivières et lacs contrôlés par l’ARS, 52 ont une eau d’excellente qualité. C’est le cas du Pont du Gard ou des Gorges du Gardon. Quinze disposent d’une eau de bonne qualité, notamment la Rouquette et la Vigère. Deux ne sont classés qu’en qualité suffisante, à l’ouest du département : le Rocher des fées, qui échappe de peu à l’alerte rouge, et le plan d’eau d’Aulas, qui était auparavant d’une qualité insuffisante.

Attention, trois sites sont classés en qualité insuffisante : les Plantiers, le Gouffre Mourier à Lasalle et l’aire de loisirs d’Aumessas, ce qui entraîne l’interdiction de se baigner.

Les informations sur la qualité de l’eau des zones de baignades, c’est ici.