Montpellier : Pour éviter les déraillements, la métropole modernise le réseau du tramway

TRANSPORTS Michaël Delafosse dénonce « un sous-investissement », entre 2009 et 2019

Nicolas Bonzom
— 
Le tramway, à Montpellier
Le tramway, à Montpellier — N. Bonzom / Maxele Presse
  • La métropole de Montpellier investit 70 millions d’euros dans le réseau de tramway.
  • Car le réseau vieillit, et il n’a été que peu rénové, pointe Michaël Delafosse (PS).
  • Le vaste chantier, lancé le 30 mai, va permettre la pose de nouveaux rails, mais aussi la modernisation des aiguillages, et la mise en place de nouveaux revêtements.

Il y a quelques mois, dans le quartier Albert-1er, à Montpellier (Hérault), des habitants et des commerçants s’étaient plaints des affreux crissements du tramway. La faute à de fortes pluies, qui avaient lessivé la graisse distillée sur les rails, hydrosoluble pour des raisons environnementales. Car le réseau vieillit. Créé en 2000 pour sa partie la plus ancienne (la ligne 1), il n’a été que peu rénové, pointe Michaël Delafosse (PS), le maire et président de la métropole de Montpellier.

« Le maintien du patrimoine existant est primordial et nécessite des moyens importants. Les politiques publiques attachées aux transports urbains ont mis plus souvent en avant les projets neufs que le maintien ou la modernisation de notre patrimoine transport. Entre 2009 et 2019, seulement 20 millions avaient été investis pour rénover les infrastructures et le matériel roulant », note l’élu, qui déplore un « sous-investissement ».

« Nous ne sommes plus dans le domaine du confort, mais de la sécurité »

Et les conséquences peuvent être plus graves, que de ponctuels grincements. Depuis 2016, la métropole recense 20 casses de rails chaque année. Depuis le début de l’année 2021, quatre déraillements ont eu lieu, place de l’Europe, à Sabines, à Pérols, et à Gambetta. La collectivité a ainsi annoncé qu’une enveloppe de 70 millions d’euros allait être consacrée à la rénovation du réseau du tramway, d’ici 2024. « Nous ne sommes plus dans le domaine du confort, mais dans celui de la sécurité. Qui, demain, améliorera le confort », confie Laurent Nison, le président de la Tam.

Le chantier, lancé le 30 mai, consistera au remplacement ou à la rénovation d’une partie des rails, de la motorisation des aiguillages, des appareils de voie, des revêtements, des équipements de signalisation ferroviaire ou des systèmes d’assainissement. Au-delà de l’amélioration du confort pour les voyageurs et le personnel de la Tam, ces travaux permettront, indique la métropole de Montpellier, de réduire les incidents, en particulier le risque de déraillement, les pannes d’aiguillage, et les retards.

Par ailleurs, la collectivité a annoncé une autre enveloppe, de 18 millions d’euros, pour moderniser les systèmes d’exploitation de la Tam, notamment les bornes d’informations visuelles, la vidéo ou la signalisation ferroviaire. En décembre 2020, déjà, elle avait annoncé le lancement d’un vaste appel d’offres pour acquérir 77 nouvelles rames du tramway, pour renouveler et compléter le matériel roulant vieillissant des lignes 1, 2, 3 et 4. Mais, surtout, aussi pour accompagner le lancement de la ligne 5, en 2025.