Montpellier : La métropole teste une piste cyclable qui s’illumine la nuit

VELO Cette technologie mise en place à Montpellier a été développée par la start-up girondine Olikrom

Nicolas Bonzom
— 
La piste s'illumine la nuit
La piste s'illumine la nuit — Esquiss / Eiffage / Ville de Castelnau-le-Lez
  • La métropole de Montpellier teste une piste cyclable qui s’illumine la nuit.
  • Cette peinture photoluminescente a été développée par la start-up Olikrom.
  • La collectivité souhaite expérimenter ce dispositif avant de la déployer plus largement.

A Castelnau-le-Lez (Hérault), les cyclistes voient la vie en fluo. Sur le chemin du Clos de l’Armet, maillon du futur Réseau express vélo, la métropole de Montpellier a inauguré une piste cyclable pas comme les autres : grâce à une peinture photoluminescente, son marquage au sol, visible normalement le jour, s’illumine la nuit.

Cette technologie « capte et stocke la lumière environnante la journée et la restitue la nuit sous forme de luminosité diffuse pendant dix heures, sans consommation d’électricité ni émission de CO2 », explique l’entreprise Olikrom, qui l’a développée. Ce dispositif apporte aux cyclistes une visibilité jusqu’à 80 m en début de nuit, et 30 m en fin de nuit, « bien au-delà des 8 m de l’éclairage d’un vélo », note la start-up.

Bientôt trois autres pistes cyclables vont en bénéficier

Pour la métropole de Montpellier, il s’agit d’une « expérimentation », note Julie Frêche (PS), vice-présidente de la collectivité, en charge des mobilités. Avant d’envisager de déployer ce dispositif ailleurs sur le territoire, la collectivité souhaite évaluer son intérêt. « Est-ce que ça rend service aux usagers ? Est-ce que c’est efficace toute la nuit ? Cette technologie est-elle durable dans le temps ? Pendant combien d’années ? Si cela fonctionne, c’est une véritable alternative à l’éclairage public, essentiellement hors agglomération, confie Julie Frêche. D’autant plus sur des sites avec de forts enjeux en termes de biodiversité, que l’on doit absolument préserver de la pollution lumineuse. »

Trois autres pistes cyclables vont bientôt bénéficier du même dispositif : la piste cyclable de Cournonterral, celle du Salinier, à Grabels, et la voie verte, sur les berges du Lez, entre Montpellier et Lattes. Sur ces trois aménagements, il n’y a pas d’éclairage la nuit.

Réduire l’éclairage

La métropole de Montpellier n’est pas la première collectivité à se doter d’un tel équipement. La technologie, labellisée en 2019 par le Comité d’innovation Routes et Rues, a séduit plus de 70 collectivités et gestionnaires d’infrastructures, pour des pistes cyclables, mais aussi des passages piétons, des écluses, ou des ronds-points.

La toute première piste cyclable fluorescente a été inaugurée à l’automne 2018 à Pessac (Gironde), la ville d’Olikrom, la start-up qui a mis au point cet outil innovant. « C’est une petite plus-value, sur un aménagement cyclable, pour éviter un éclairage un peu trop fort, confie Benoît Gillot, coordinateur à l’association Vélocité à Bordeaux. Ça ne se substitue pas, toutefois, à un éclairage classique. » Cette peinture photoluminescente permet, poursuit-il, « de le réduire ».