Montpellier : Pour récupérer des objets sur Trocr, il faut faire un don à une association

MOBILE L’application génère ainsi une source de revenus complémentaire pour les associations

Nicolas Bonzom
Sur Trocr, pour récupérer un objet, il faut faire un don à une association
Sur Trocr, pour récupérer un objet, il faut faire un don à une association — N. Bonzom / Maxele Presse
  • L'application mobile Trocr, créée dans l'Hérault, permet de mettre à la disposition des autres utilisateurs n'importe quel objet dont vous n'avez plus l'utilité.
  • L'utilisateur qui craque pour l'objet mis à la disposition sur l'application doit faire un don à une association, à partir de quelques euros, pour concrétiser la transaction.
  • Une véritable source de revenus pour les associations, d'autant plus en pleine crise.

Et si, en plus de vous débarrasser de votre vieux canapé, vous faisiez une bonne action ? L’appli Trocr, créée dans  l'Hérault, permet de mettre à la disposition des utilisateurs n’importe quel objet dont vous n’avez plus l’utilité. Il y a un petit plus, par rapport aux autres plates-formes de dons : celui qui craque pour le vélo, la BD ou la table de jardin dont vous ne voulez plus doit faire un don à une  association, pour concrétiser la transaction. Du montant de son choix, à partir de quelques euros.

Il y a trois ans, lorsque Julien Roques, le fondateur de Trocr, a lancé son application, le concept n’était pas tout à fait le même qu’aujourd’hui. C’était une plate-forme d’objets d’occasion, qui permettait aux utilisateurs de vendre des objets, au profit de l’association de son choix. Et d’avoir droit, en retour, à une déduction fiscale. Mais, confronté aux mastodontes du secteur, Le Bon coin et Vinted en tête, Julien Roques a préféré réinventer son application. « J’ai passé deux ans, à tout remettre à plat », explique l’entrepreneur. Désormais, sur Trocr, il n’est plus question de vendre un objet, mais de le donner. En échange, l’utilisateur fait un geste, pour l’association que le donneur a choisi.

Une source de revenus, pour les associations

Parmi les associations présentes sur Trocr, les Restos du cœur, la Fondation du cœur, le Sidaction, ou la Ligue contre le cancer. Mais les plus petites structures, comme les associations sportives ou culturelles, sont aussi les bienvenues sur l’application. Une véritable source de revenus complémentaires, pour les associations. Lucie-Ole, à Saint-Mathieu-de-Tréviers, utilise l’application. Cette association organise des manifestations culturelles et sportives, pour récolter de l’argent, et offrir de la joie aux enfants malades. Pour Serge Parentini, son président, c’est l’occasion, en pleine crise sanitaire, d’obtenir des dons. « D’autant plus, qu’en raison du Covid-19, nous n’avons pas pu organiser de lotos ou de soirées qui nous auraient permis de récolter des fonds », confie le bénévole.

« Si un club de handball a besoin d’organiser un week-end pour ses jeunes adhérents, il peut lancer une collecte, et inviter tous les parents à donner des objets », note Julien Roques. Pour les associations, cela revient à 50 euros par an, après une première collecte gratuite. Et la quasi-intégralité des dons leur ait reversée, après déduction des frais bancaires et de services : pour un don de 10 euros, l’association reçoit 8,63 euros.

Trocr a un point positif, jusqu’ici peu répandu : il n’y a pas besoin de créer un compte avec un mot de passe. On démarre l’application, et on peut tout de suite mettre un objet à la disposition des autres utilisateurs. « Il suffit de prendre une photo, on vous propose un texte prérempli, « Je donne cet objet », etc, et on vous géolocalise pour la commune, confie l’entrepreneur. On est sous la barre des quatre secondes, pour créer une annonce. On peut, bien sûr, la compléter. » Pendant quelques heures, l’annonce est par ailleurs réservée à votre réseau, et peut être partagée en un clic aux personnes que vous pensez susceptibles d’être intéressées. « Si cela ne suffit pas, ensuite, l’objet est proposé aux autres personnes, dans un rayon de 30 kilomètres », confie Julien Roques.