Montpellier : Le tunnel de la Comédie fermera au trafic de transit en juin 2022

TRANSPORTS Seuls les automobilistes qui souhaitent se garer au parking pourront y accéder

Nicolas Bonzom
— 
L'entrée du tunnel de la Comédie, sur le boulevard Victor-Hugo.
L'entrée du tunnel de la Comédie, sur le boulevard Victor-Hugo. — N. Bonzom / Maxele Presse
  • A Montpellier, le tunnel de la Comédie fermera au trafic de transit le 27 juin 2022.
  • Seuls les automobilistes qui souhaitent se garer au parking de la Comédie pourront accéder au tunnel. Aujourd’hui, environ 6.000 voitures transitent chaque jour par le souterrain, via l’entrée sur le boulevard Victor-Hugo. Mais « seulement 5 à 10 % se rendent au parking Comédie », assure Julie Frêche (PS), l’élue aux transports.
  • Les commerçants, eux, attendent de voir. Et espèrent que seul le trafic de transit sera chassé du tunnel de la Comédie, et que les clients pourront continuer à y accéder.

Fermer le tunnel de la Comédie, à Montpellier (Hérault), l’idée n’est pas nouvelle. En 2019, Philippe Saurel (divers gauche) avait évoqué cette possibilité, alors qu’il était maire, dans le cadre de l'opération Places à tous, qui visait à réhabiliter le centre-ville en profondeur. Michaël Delafosse (PS), à l’époque dans l’opposition, avait dénoncé «  une proposition abracadabrantesque, qui n’a été discutée et concertée avec personne ». Voilà que deux ans après, l’idée ressurgit dans l’équipe du nouveau maire.

Julie Frêche (PS), vice-présidente de la métropole en charge des mobilités, a officialisé le 4 décembre que le tunnel de la Comédie fermerait au trafic de transit le 27 juin 2022, en même temps que sur l’avenue Clémenceau. Cet axe, qui sera coupé en raison du début des travaux de la ligne 5 du tramway, étant son « principal tuyau d’alimentation », indique Julie Frêche, le transit par le tunnel de la Comédie n’a plus lieu d’être.

« Seulement 5 à 10 % [des voitures qui passent par le tunnel] se rendent au parking »

Aujourd’hui, selon la vice-présidente de la métropole, 6.000 voitures transitent chaque jour par le souterrain, via l’entrée sur le boulevard Victor-Hugo. Mais « seulement 5 à 10 % se rendent au parking Comédie », assure Julie Frêche. Le reste, ce ne sont que des véhicules de passage. Ceux-là devront emprunter des contournements. Mais l’accès au sous-sol de la Comédie pour se garer restera toutefois possible. « En supprimant la fonction de transit, nous allons fluidifier l’accès parking », assure l’élue aux transports.

La métropole va inverser le sens de la circulation dans la rue Henri-Guinier, pour permettre la mise en place d’un nouvel itinéraire d’accès au parking, par le boulevard Berthelot et l’avenue de Maurin. Et une réflexion est en cours, pour permettre un accès à l’Est, par l’allée Frédéric-Mistral, l’actuelle sortie, derrière le monument aux Morts.

« Si c’est impossible de venir de l’extérieur sans que ce soit un casse-tête… »

Alain Simon, le président de la Faduc (Fédération des associations de commerçants, d’usagers et de consommateurs de Montpellier), trouve cette idée « curieuse », et ne cache pas qu’un bon nombre de ses confrères sont « anxieux ». Mais il ne ferme toutefois pas la porte au projet, et attend de voir « ce qu’il va se passer ». « Il y a l’idée de refonder la circulation, l’accessibilité de la ville, et de faire en sorte que tout le monde puisse y vivre le mieux possible », confie le commerçant de l’Ecusson. Mais, poursuit-il, « si une clientèle bute trop fort sur un cheminement, elle en prend un autre. Si c’est impossible de venir de l’extérieur sans que ce soit un casse-tête… »

Odette Daudé, présidente de l’Association des commerçants de l’Ecusson, de son côté, espère vivement que seul le trafic de transit sera écarté du tunnel de la Comédie, sinon ce serait « une catastrophe », assure-t-elle. « Est-ce que le trafic de transit nous apporte quelque chose ? Je ne sais pas, s’interroge cette commerçante en lingerie de la Grand-rue Jean-Moulin. Si les gens qui viennent pour consommer, manger, se promener ou visiter cette belle ville, peuvent accéder, il n’y a aucun problème. »

Pour Julie Frêche, les commerçants n’ont rien à craindre de la fermeture du tunnel. « Quand la Comédie a été rendue piétonne, quand on a fermé le boulevard du Jeu-de-Paume… », on a entendu les mêmes inquiétudes, explique l’élue aux transports. « Deux études, l’une à Lille et l’autre à Bruxelles, démontrent que la majorité des personnes se rendent dans les commerces des centres-villes d’abord à pied, puis à vélo, et avec les transports en commun. Et ce n’est qu’une infime minorité qui vient en voiture. »