Languedoc : Après un mois d’intempéries, à quoi doit-on s’attendre dans les prochains jours ?

METEO Un nouvel épisode pluvieux est possible autour du 4 octobre

Nicolas Bonzom
— 
Des inondations, dans le Gard, en 2014 (Archives)
Des inondations, dans le Gard, en 2014 (Archives) — Franck LODI/SIPA
  • Depuis le début du mois de septembre, les épisodes orageux intenses ont été plus nombreux que les années précédentes, dans le Languedoc.
  • Un nouvel épisode pourrait frapper le 4 octobre, sous l’influence d’un système dépressionnaire sur l’Atlantique, selon Loïc Spadafora, de Météo Gard Hérault.

De violents épisodes orageux se sont abattus sur le Languedoc-Roussillon, ces dernières semaines. Le 9 septembre, les pluies se sont abattues sur l’Aude. Le 14 septembre, des trombes d’eau ont déferlé dans le Gard, les cumuls atteignant 350 mm dans certains coins du département, bloquant des milliers de véhicules sur l'autoroute A9. Enfin, les 25 et 26 septembre, il est tombé jusqu’à 185 mm de pluie sur le bassin alésien.

« Par rapport aux années précédentes, nous sommes là sur une récurrence plutôt importante, pointe Loïc Spadafora, expert en météorologie et fondateur de Météo Gard Hérault. Cette année, en trois semaines, il y a eu trois épisodes intenses. Il faut remonter à 2014 pour retrouver une fréquence aussi importante. »

Un épisode possible le 4 octobre

Et maintenant ? Peut-on craindre de nouveaux épisodes pluvieux, dans les prochaines semaines ? Oui, selon Loïc Spadafora. « Si les prévisions sont encore un peu fragiles, un événement semble se dessiner autour du 4 octobre, sous l’influence d’un système dépressionnaire positionné sur l’Atlantique », note l'expert, qui craint un cocktail explosif que l’on connaît bien, à l’est de l’Occitanie : un air « chaud, humide et instable », venu du Sud, et de l’air froid en altitude. Peut-être dans le Gard, une fois encore.

Il conviendra d’être attentif, en fin de semaine et au début de la semaine prochaine. D’autant que les appels à la vigilance ne semblent plus effrayer personne, dans le coin. « Malheureusement, les habitants commencent à s’habituer, reprend l’expert météo. La vigilance orange est presque devenue un événement banal. » Notamment parce que, parfois, il n’y a rien, ou presque rien, malgré l’alerte. « Il faut rappeler que la vigilance orange, c’est pour alerter d’un risque, note Loïc Spadafora. Parfois, le phénomène ne se produit pas, ou dans seulement quelques communes, ou n’occasionne pas de catastrophe. Il manque encore de la sensibilisation sur ces phénomènes. »