Montpellier : C'est quoi ces bus à haut niveau de service qui vont circuler dans la métropole ?

TRANSPORTS Les lignes seront créées entre 2023 et 2025

Nicolas Bonzom

— 

Un bus, à Montpellier.
Un bus, à Montpellier. — N. Bonzom / Maxele Presse
  • Entre 2023 et 2025, quatre lignes de bus à haut niveau de service vont être créées, pour connecter les villages, les quartiers de Montpellier et les zones économiques.
  • Ces bus rouleront avec une énergie verte, et seront habillés par des artistes.
  • Ils ne circuleront pas forcément sur des routes dédiées, mais seront prioritaires tout le temps : lorsque le feu sera rouge, par exemple, il passera automatiquement au vert.

A Montpellier (Hérault), la métropole veut créer « un choc des mobilités » d’ici 2025. Sans surprise, ce sont les transports collectifs et le vélo que la collectivité écolo-socialiste entend privilégier, au détriment de la voiture. Parmi l’arsenal dévoilé lors du conseil métropolitain, la gratuité totale du réseau, des kilomètres de pistes cyclables, la ligne 5 du tramway, l’extension de la ligne 1 vers l’esseulée gare Sud de France, et plus de parkings relais. Et une nouveauté : des bus à haut niveau de service.

Il s’agit « d’un nouveau produit de mobilité dans un territoire fortement développé autour du tramway », confie Julie Frêche (PS), vice-président de la métropole, chargée des transports. Ces nouvelles lignes de bus, « véritables alternatives à la voiture », proposeront un nouveau parcours de 50 km à travers la métropole, via 60 stations.

Les villages, les quartiers de Montpellier et les zones économiques

Quatre trajets seront mis en service entre 2023 et 2025. La ligne 1 desservira Castries, Vendargues, Salaison, le Crès, Sablassou, à Castelnau-le-Lez, et la place de l’Europe. Ce tracé passera par les zones économiques d’Eurêka et du Millénaire et le quartier de la Pompignane, jusqu’ici grands oubliés du réseau de transports de Montpellier. La ligne 2, qui remplacera l’actuelle Ronde, connectera le pôle d’échanges Sabines, Paul-Valéry, le quartier des Tonnelles, l’avenue du Père-Soulas, puis Saint-Eloi, Aiguelongue, la place Charles-de-Gaulle, à Castelnau-le-Lez, Benjamin-Franklin et la gare Sud de France.

La ligne 3 passera par les Cévennes, l’avenue Louis-Ravas, et rejoindra le pôle Euromédecine, et la future cité Med Vallée. Enfin, la ligne 4 desservira les communes de Cournonsec, Cournonterral, Pignan, Lavérune et le rond-point Gennevaux. Ce dernier tracé devrait ravir les habitants de l’ouest de Montpellier, où la voiture est omniprésente.

Ces bus seront « prioritaires tout le temps »

« Nous, communes de l’ouest, sommes les oubliés de la mandature précédente, le tramway nous avait été promis en 2017, note William Ars (divers), le maire de Cournonterral. Nous faisons un travail auprès des populations, pour leur expliquer que le bus à haut niveau de service sera une bonne solution. J’ai alerté Julie [Frêche] sur la nécessité de réaliser un déplacement en site propre, chaque fois que ce sera possible. »

Ces bus circuleront-ils dans des voies dédiées ? Pas forcément. Mais quelle sera alors la différence avec un bus traditionnel ? Ces lignes seront « prioritaires, tout le temps, note Michaël Delafosse (PS), le maire et président de la métropole de Montpellier. Quand le feu sera rouge, pour lui, il deviendra vert. Dans le partage de la voirie, il sera aussi prioritaire. ». Et « le tracé sera le plus direct possible, en assurant le rabattement [des usagers] avec des itinéraires pour les piétons et les vélos, jusqu’aux arrêts, reprend Julie Frêche. Des aménagements d’espaces publics qualitatifs accompagneront ces lignes. » Et il y aura un passage « au moins toutes les dix minutes lors des heures de pointe ».

Côté énergie, les bus « zéro carbone », rouleront « au gaz naturel, à l’hydrogène ou à l’électrique ». Et côté design, comme le tramway, les bus seront habillés par différents artistes, un par ligne. Au total, 60 véhicules seront mis en service, et 200.000 habitants se situeront à moins de 500 mètres du tracé, promet la métropole. Ce nouveau service sera accompagné, par ailleurs, d’une refonte globale du réseau des bus traditionnels.