Montpellier : Des capteurs anti-angles morts sur les bus pour protéger les cyclistes

TRANSPORTS La métropole a lancé une expérimentation sur dix bus

Nicolas Bonzom

— 

Dix bus vont être équipés de capteurs anti-angles morts à Montpellier
Dix bus vont être équipés de capteurs anti-angles morts à Montpellier — N. Bonzom / Maxele Presse

Dix bus de la métropole de Montpellier (Hérault) vont être équipés d’un dispositif qui alerte les chauffeurs lorsqu’un cycliste (ou un piéton) s’engage dans l’un des angles morts du véhicule. Le système, conçu par la société Autocare Mobileye, se compose de deux caméras latérales et d’une caméra frontale, qui envoient des alertes visuelles et sonores aux conducteurs lorsqu’un vélo​ ou un passant se met en danger.

« En novembre dernier, des stickers avaient été apposés sur le côté des véhicules, de manière à informer les personnes qui se trouvent dans l’un des angles morts, rappelle Laurent Nison, le directeur de la Tam, qui gère le réseau des transports à Montpellier. Mais, à titre personnel, je suis assez perplexe de leur efficacité. »

Des signaux sonores et visuels

Ce nouveau dispositif, bien plus performant que ces autocollants, dispose d’un premier niveau d’alerte, qui indique qu’un usager vulnérable se trouve dans le champ de vision du capteur, sans risque immédiat d’accident. « Si l’obstacle se rapproche, il y a un deuxième signal, sonore et visuel, qui informe le conducteur qu’une collision est imminente, reprend Laurent Nison. Il a deux secondes pour réagir. »

Les capteurs alertent les chauffeurs lorsqu'un vélo ou un piéton s'engagent dans un angle mort
Les capteurs alertent les chauffeurs lorsqu'un vélo ou un piéton s'engagent dans un angle mort - N. Bonzom / Maxele Presse

« L’expérimentation va d’abord concerner dix bus, puis nous ferons un bilan pour savoir de quelle manière nous mettrons en œuvre cette solution », indique Julie Frêche (PS), vice-présidente de la métropole de Montpellier, déléguée aux mobilités. Par ailleurs, le système enregistrera les incidents, pour identifier les lieux les plus dangereux. Une solution pour la collectivité afin d’adapter sa politique d’aménagement.