Confinement à Montpellier : Les boutiques de jeux de société misent sur le « drive piéton » pour éviter d'être dévorées par Amazon

COVID-19 Dans la capitale héraultaise, « 20 Minutes » a recueilli les témoignages de trois gérants qui s’organisent pour pallier à la fermeture de leurs magasins

Nicolas Bonzom
— 
La boutique Lud M, à Montpellier, a mis en place un drive piéton
La boutique Lud M, à Montpellier, a mis en place un drive piéton — N. Bonzom / Maxele Presse
  • A Montpellier, comme ailleurs, certaines boutiques de jeux de société ont mis en place des drives, pour que les clients puissent acheter leurs produits malgré le confinement.
  • On commande sur Internet, par téléphone ou sur les réseaux sociaux, et on passe en coup de vent pour récupérer les boîtes de jeux sans entrer dans le magasin.
  • « C’est très important de les soutenir », confie le client de l’une d’elles.

A Montpellier (Hérault), comme partout ailleurs, les commerces considérés par l’Etat comme non-essentiels s’organisent pour sauver leur activité, que le premier confinement avait déjà fragilisée. Parmi eux, les boutiques de jeux de société. A l’approche de Noël, la période est cruciale pour ces petits commerces. Alors pour éviter d’être dévoré par Amazon, certains ont improvisé des drives, pour que les clients puissent venir récupérer en coup de vent leurs jeux sans entrer dans les boutiques.

« Nous ne l’avions pas fait au printemps, nous voulions avoir un confinement aussi strict que possible », explique Patrice Ponce, le gérant de la boutique Lud’M, qui a déployé deux petites tables sur son perron, pour mettre en place son « drive piéton ». « Mais la fin de l’année est une période très importante pour nous, et on s’est dit qu’avec les mesures sanitaires que nous avions mises en place, nous pouvions ouvrir un point de retrait. Économiquement, c’est peut-être plus symbolique qu’autre chose. C’est une manière de rester à la disposition de notre clientèle, qui nous fait part de son soutien », poursuit-il.

Des conseils sur Messenger et des livraisons le jour même

Chez Lud’M, les clients commandent leurs jeux par téléphone, par mail ou sur les réseaux sociaux, puis passent au drive quand ils le peuvent. Le magasin montpelliérain propose aussi à ses fidèles de se connecter régulièrement à des salons Messenger, en audio ou en vidéo, « pour essayer d’apporter un conseil comparable à celui que l’on a en boutique, pour montrer les jeux, expliquer, etc. », reprend Patrice Ponce.

La boutique Lud M, à Montpellier, a mis en place un drive piéton
La boutique Lud M, à Montpellier, a mis en place un drive piéton - N. Bonzom / Maxele Presse

Chez Excalibur, on s’est aussi démené pour ne pas laisser orphelins les amoureux des jeux de société : ils commandent par téléphone, sur les réseaux sociaux ou sur le site de la boutique, puis sont attendus pour récupérer leurs produits. Le commerce propose aussi des expéditions. Et des livraisons, jusqu’à 20 km autour de Montpellier. « Et si les clients passent commande avant 16 h, ils sont livrés dans la soirée, en général entre 17 h et 20 h », note la cogérante, Michèle Moutin. Mieux qu’Amazon, donc.

« C’est très important de soutenir des boutiques comme celle-là »

« Cette solution était pour nous indispensable, il fallait absolument que l’on mette des choses en place, reprend la commerçante. A un mois de Noël, pour un magasin de jeux, c’est une période primordiale, qui nous permet de tenir tout le reste de l’année. » Et ça marche. « Tous les jours, nous avons des clients », se réjouit la cogérante d’Excalibur. Roch, qui « connaît le magasin depuis qu’il est tout petit », est venu acheter un échiquier ce mercredi. « C’est très important de soutenir des boutiques comme celle-là, qui sont des monuments de Montpellier. On y trouve de la qualité, des conseils… »

Chez Table Raze, le rideau de fer n’est pas tombé, non plus, malgré le confinement. La boutique, spécialisée dans les jeux de stratégie et les cartes à jouer, a ouvert elle aussi un « click and collect » : les clients commandent par téléphone, sur Facebook, sur Discord ou sur la boutique en ligne et passent récupérer leurs produits.

« Comme chez McDonald’s ! »

C’est « comme chez McDonald’s, sauf que l’on ne fait pas de Big Mac ! », sourit Christophe Masson, le gérant de ce magasin, qui confie qu’il a « déjà perdu 50 % » de son chiffre d’affaires depuis le nouveau confinement. Si le « click and collect » qu’il a mis en place ne permet pas d’assurer les mêmes performances que lorsque la boutique est ouverte au public, « ça maintient à flot », explique le gérant de Table Raze, qui précise que les activités qu’il organise, elles, sont, évidemment, suspendues.

Depuis que le confinement est tombé, les fidèles ont cependant répondu présent, chez Table Raze. « Les clients tiennent à la boutique, alors ils font en sorte qu’elle reste en vie ». Grâce à ces fidèles, les petits magasins de jeux de société évitent l’échec et mat.