Coronavirus à Montpellier : Des personnels d'un lycée font valoir leur droit de retrait pour dénoncer les conditions sanitaires

EPIDEMIE Ils demandent notamment que des cours à distance soient mis en place

N.B.

— 

Dans une classe de lycée. Illustration.
Dans une classe de lycée. Illustration. — Isa Harsin / Sipa

En raison du risque sanitaire lié à l’épidémie, des professeurs et des membres du personnel du lycée Mendès-France, à Montpellier  (Hérault), ont exercé un droit de retrait, mardi, pour « danger imminent immédiat », indique la CGT, qui précise que 93 d’entre eux ont adopté cette motion, lors d’une assemblée générale.

Tous assurent que les conditions sanitaires mises en place au sein de l’établissement ne sont pas suffisantes, au regard de l’épidémie de Covid-19. Ils pointent notamment du doigt « un manque de matériel sanitaire dans les salles de classe et les sanitaires, le non-nettoyage quotidien des locaux », « des classes aux effectifs importants, dans des salles inadaptées », « les gestes barrières très difficiles à appliquer », et « un manque de personnel d’encadrement et d’entretien pour assurer les missions supplémentaires ».

Face à une situation qu’ils jugent « dangereuse », les enseignants et les membres du personnel qui ont exercé mardi leur droit de retrait demandent notamment que le nombre d’élèves par classe soit réduit, que des cours à distance soit mis en place par alternance pour les élèves, et que des « moyens humains et matériels supplémentaires » soient mobilisés pour s’assurer que le protocole sanitaire est respecté.