Hérault : Des affaires d'Arthur, disparu en 2017 en plein tour du monde, ont été retrouvées

DISPARITION Le jeune homme n'a plus donné de nouvelles alors qu'il se trouvait au Bangladesh

Nicolas Bonzom

— 

Arthur a disparu lors de son tour du monde.
Arthur a disparu lors de son tour du monde. — D.R.
  • Arthur a disparu en plein tour du monde, en Asie, en 2017.
  • Depuis, sa famille remue ciel et terre pour tenter de retrouver sa trace.
  • Dernier indice en date : des affaires du jeune homme ont été retrouvées.

En janvier, cela fera quatre ans que les proches d'Arthur, un Héraultais parti seul en 2013 faire le tour du monde à pied, n’ont plus aucune nouvelle de lui. Cet architecte paysagiste n’a plus donné signe de vie, alors qu’il se trouvait au sud-est du Bangladesh, une zone réputée très dangereuse. Plus rien, ni un coup de fil, ni un mail. Etrange, pour un homme qui donnait des nouvelles à ses proches régulièrement.

Depuis, sa famille remue ciel et terre pour tenter de retrouver la trace du jeune homme, et inonde les réseaux sociaux d’avis de recherche dans toutes les langues. Lundi, les proches d’Arthur, qui avaient déjà rencontré Brigitte Macron, en 2018, seront reçus au Quai d’Orsay, en espérant obtenir de l’Etat que les investigations avancent.

Une carte bancaire et son sac à dos ont été retrouvés

Car dans cette affaire, les indices demeurent minces. Un nouvel élément, jusqu’ici resté confidentiel, est cependant rendu public, ce jeudi, par Mireille, la maman d’Arthur : en février 2019, des affaires de son fils ont été retrouvées à la frontière entre le Bangladesh et la Birmanie, « dans un lieu que je ne connais pas précisément », indique-t-elle à 20 Minutes. « Arthur se destinait à passer en Birmanie, une zone très compliquée. Depuis, rien. L’Etat nous a assuré qu’il menait des recherches, mais nous n’avons pas grand-chose. Nous attendons des engagements, de savoir où ils en sont, et ce qu’ils font. »

Parmi les affaires formellement identifiées comme appartenant au trentenaire, une carte bancaire, des papiers écrits de sa main et son sac à dos. Son passeport, en revanche, n’a pas été retrouvé. Le dernier autre indice du passage d’Arthur dans le coin remontait au printemps 2017 : l’ambassade française au Bangladesh avait déniché une photo, prise le 28 janvier à Tanchi, près de la frontière birmane, au sud du pays. Arthur pose, tout sourire, aux côtés d’un groupe de jeunes gens, peut-être des habitants du coin, lunettes de soleil sur le nez, à la frontière avec l’inquiétante Birmanie.

« L’espoir ne m’a jamais quitté, assure sa mère. Nous ferons tout pour arriver jusqu’à lui. Les affaires qui ont été retrouvées ne nous donnent absolument pas une preuve de son décès, mais une preuve qu’il s’est passé quelque chose. Il faut aller plus loin. »