Z Event à Montpellier : Amnesty a « collecté presque le quart de son budget total en l’espace d’un week-end »

INTERVIEW « 20 Minutes » a posé la question à Nicolas Trombert, d'Amnesty International France

Propos recueillis par Nicolas Bonzom
— 
Au Z Event 2019, à Montpellier
Au Z Event 2019, à Montpellier — N. Bonzom / Maxele Presse
  • Ce week-end, les streameurs du Z Event ont permis d'amasser 5,7 millions d'euros.
  • C'est l'ONG Amnesty International France qui a bénéficié de ce marathon caritatif.
  • Pour l'organisation, ces dons correspondent à près du quart du budget annuel.

On aurait pu penser, qu’avec le blues ambiant lié à l’épidémie de Covid-19, la récolte soit moins fructueuse. Pas du tout. Ce week-end, les streameurs du  Z Event ont permis d’amasser plus de 5,7 millions d’euros. Jamais ce marathon caritatif, créé à  Montpellier (Hérault) en 2017, n’avait permis de récolter autant de dons. « C’était incroyable, comme toujours ! », a lâché Zerator, dans la nuit de dimanche à lundi.

Comme lors des deux dernières éditions, la communauté vidéoludique a reçu les félicitations d’Emmanuel Macron. « Vous pouvez être fiers ! (…) Fiers d’avoir montré qu’en étant unis et solidaires on peut accomplir de grandes choses », a écrit le Président de la République, sur Twitter. En quatre éditions, le Z Event a ainsi permis de lever plus de 10 millions d’euros pour des associations. Cette année, c’est Amnesty International France qui était l’heureuse élue. A quoi va servir ce gros chèque ? 20 Minutes a posé la question à Nicolas Trombert, directeur du développement de l’ONG.


Plus de 5,7 millions d’euros… Vous vous y attendiez ?

On ne s’y attendait pas, et on est vraiment très, très, très agréablement surpris. Toute l’équipe est très heureuse. Et très reconnaissante envers les organisateurs du Z Event, notamment Zerator et Dach. Cette communauté du streaming est un monde méconnu, ils ne sont pas sur les gros médias, mais sur Twitch, qui reste une plate-forme encore assez jeune. Mais cette incroyable campagne de dons nous prouve, une fois encore, que ce que l’on pensait être invisible et marginal est en réalité très, très important. Il y a eu [dimanche soir] plus de 600.000 viewers en simultané devant les lives du Z Event.

Ce marathon a sans doute permis de sensibiliser les plus jeunes à votre action ?

Oui, et c’est ce qui fait que l’on est doublement heureux. Nous avons pu parler, pendant tout le week-end, d’Amnesty International, de nos combats, des valeurs que l’on essaie de défendre chaque jour, auprès d’un public plus jeune, qui peut-être connaît notre nom, mais qui ne sait pas forcément ce que l’on fait. Zerator a par exemple interviewé pendant plus d’une heure et demie Cécile Coudriou, la présidente de notre association. Elle a pu répondre à l’ensemble des questions, et expliquer, clarifier, ce que l’on fait et pourquoi il est important de se mobiliser en faveur des droits humains dans le monde.

Plus de 5,7 millions d’euros, cela représente quoi sur le budget total d’Amnesty ?

Nous avons un budget d’environ 26 millions d’euros, c’est donc presque le quart de notre budget total. Collecté en l’espace d’un week-end ! Cela veut dire que l’on va pouvoir organiser encore plus d’actions, pour défendre les droits des personnes qui sont emprisonnés pour leur opinion, la liberté d’expression, les populations civiles confrontées à des conflits dans le monde… Et comme Amnesty n’est financée que grâce la générosité du public, et que nous ne prenons pas de subventions, afin de garder notre indépendance vis-à-vis des Etats, plus nous avons de dons, plus nous pourrons agir.

A quoi vont servir ces dons, quelles sont les urgences du moment ?

Nous sommes mobilisés sur la défense des personnes qui se battent pour des droits. En Arabie saoudite, des Saoudiennes se sont par exemple mobilisées pour avoir le droit de conduire. Ces personnes, aujourd’hui, sont en prison, même si la loi a pu être modifiée. Nous interpellons le monde entier, et notamment Emmanuel Macron, qui se rendra à Riyad, en Arabie saoudite, le mois prochain, pour le G20. Nous appelons le Président de la République, comme tous les autres dirigeants, à faire pression, pour libérer ces Saoudiennes. Mais d’autres campagnes sont en cours. Nous nous battons aussi pour défendre les populations victimes des conflits armés, notamment au Yémen, où des civils sont visés. Nous menons une campagne mondiale pour réguler le commerce des armes.