Coronavirus à Montpellier : A l’hôpital, la situation évolue « rapidement et de façon défavorable »

EPIDEMIE Ce vendredi, 68 patients atteints de Covid-19 sont hospitalisés au CHU, dont 24 sont placés en soins critiques

N.B.

— 

Au CHU de Montpellier, au mois de mars (Archives)
Au CHU de Montpellier, au mois de mars (Archives) — Eric Beracassat/SIPA

A Montpellier (Hérault), la « situation sanitaire évolue rapidement et de façon défavorable », déplorent les services de l'hôpital. Ce vendredi, 68 patients atteints de Covid-19 sont hospitalisés au CHU, dont 24 sont placés en soins critiques.

En parallèle, l’activité médicale en dehors du coronavirus « reste très élevée compte tenu, notamment, de l’effet "rattrapage" à la suite d’une déprogrammation des soins pendant la période du confinement », poursuit l’hôpital, ce vendredi matin. « Ces deux facteurs mettent en forte tension les capacités d’hospitalisation du CHU de Montpellier, en particulier pour les patients nécessitant une prise en charge en soins critiques. »

Des capacités d’hospitalisation qui ne suffisent pas

Malgré une réorganisation au niveau des capacités d’hospitalisation, les besoins en soins critiques liés ou non au Covid-19 « sont supérieurs aux capacités actuelles », et « doivent être rapidement majorés pour faire face à une éventuelle dégradation de la situation épidémique », expliquent ce vendredi les services de l’hôpital de Montpellier. Le CHU avait activé le niveau 1 de son plan blanc le 17 septembre dernier.

Jeudi, Olivier Véran, le ministre de la Santé, a indiqué que l’Etat allait observer pendant quelques jours, jusqu’à lundi, la propagation du Covid-19 à Montpellier, et placera éventuellement la métropole en alerte maximale si la situation se dégrade. Le taux d’incidence est pour l’heure de 195 pour 100.000 habitants dans la métropole, et la part de patients atteints par le Covid-19 placés en réanimation dans les hôpitaux de 27 %.