Montpellier : Les pistes cyclables transitoires qui fleurissent en ville sont vouées à être pérennisées

MOBILITES Michaël Delafosse s’est engagé à réaliser 300 km de pistes cyclables dans la métropole

Nicolas Bonzom

— 

Un cycliste sur une nouvelle voie mixte ouverte aux vélos et aux bus
Un cycliste sur une nouvelle voie mixte ouverte aux vélos et aux bus — N. Bonzom / Maxele Presse
  • A Montpellier, les pistes cyclables transitoires fleurissent. Il y a 7,52 km de voies en site propre, et 9,82 km de voies mixtes, vouées à être pérennisées.
  • La commune et la métropole de Montpellier souhaitent un meilleur « partage » de la route entre les différents modes de transports : piétons, vélos, voitures…
  • Mais pour les automobilistes, ces voies sont parfois synonymes de bouchons.

A Montpellier(Hérault), des plots jaunes, parfois rouges, fleurissent sur les avenues, depuis quelques mois. La commune et la métropole ont mis en place des pistes cyclables temporaires, annonciatrices d’aménagements cyclables consolidés. Mais où va la capitale héraultaise en termes de voies réservées au vélo ? Michaël Delafosse (PS), nouveau maire et président de l’intercommunalité, s’est engagé durant la campagne des municipales  à réaliser 300 km de pistes cyclables, à l’échelle de la métropole. Aujourd’hui, il y en a un peu plus de 160 km.

« Lorsque nous avons été élus, nous avons pérennisé l’expérimentation sur les aménagements cyclables transitoires, explique Julie Frêche (PS), élue métropolitaine aux transports et aux mobilités actives. Cela correspond à 7,52 km de voies en site propre et 9,82 km de voies mixtes », où bus, vélos ou encore véhicules de secours partagent la route. « L’ambition, c’est de rendre ces aménagements définitifs, mais nous avons tout de même besoin de consolider les données, et les chiffres de fréquentation », note l’élue. Parallèlement, Montpellier œuvre à effacer la discontinuité des pistes cyclables, véritable plaie dans la capitale héraultaise, qui fait râler les cyclistes.

« Nous sommes dans une période de mutation »

Et la voiture, dans tout ça ? Car pour les automobilistes, ces nouvelles pistes cyclables divisent bien souvent les voies de circulation par deux. « Avant, Montpellier était déjà embouteillée, cela va forcément être pire, note Serge Viguier, président de la Fédération des taxis de l’Hérault. Pour nous, et pour les clients, c’est une perte de temps. Pour l’instant, il y a des tensions à certaines heures. Mais quand tout le monde aura vraiment repris le travail, dans quelques jours, cela risque de devenir très compliqué. »

Pour Manu Reynaud (EELV), l’adjoint au maire en charge du nouveau plan de circulation, « nous sommes dans une période de mutation ». « Les bouchons, c’est comme le froid, il y a le froid, et le froid ressenti, confie-t-il. Il y a les bouchons, et les bouchons ressentis. Nous ne sommes pas à Marseille, ni à Paris. Nous sommes bien conscients qu’il y a des gènes, qui sont dues à des pratiques qui doivent changer. Nous souhaitons rendre la ville aux habitants, aux piétons, aux vélos », note Manu Reynaud.

Un vélo sur une piste cyclable transitoire, sur la Pompignane
Un vélo sur une piste cyclable transitoire, sur la Pompignane - N. Bonzom / Maxele Presse

« Nous comprenons très bien que certaines personnes sont obligées de prendre la voiture, complète Julie Frêche. Ce que l’on veut, c’est élargir l’offre de transports. Il doit y avoir un partage de la voirie entre le piéton, le cycliste et l’automobile. Il n’est pas question d’interdire la voiture à Montpellier, mais de partager la voirie. » Dans les prochains jours, une campagne de communication est prévue pour expliquer aux habitants ce « partage » de la route qui révolutionne le paysage montpelliérain.