Elections municipales à Montpellier : Le socialiste Michaël Delafosse largement élu maire

ELECTIONS Revivez la soirée électorale du second tour des élections municipales à Montpellier, dans l’Hérault et les départements limitrophes

Jérôme Diesnis

— 

Le socialiste Michaël Delafosse, à la tête d'une liste d'union de la gauche, est le nouveau maire de Montpellier..
Le socialiste Michaël Delafosse, à la tête d'une liste d'union de la gauche, est le nouveau maire de Montpellier.. — Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse

L’ESSENTIEL

  • Michaël Delafosse, membre du parti socialiste, à la tête d'une liste d'union de la gauche, s'est largement imposé à Montpellier. Avec 47,22% des suffrages, il devance le maire sortant Phlippe Saurel (DVG, 34,65%) et Mohed Altrad (DIV, 18,12%).
  • A Perpignan, Louis Aliot (RN) s'impose devant le maire sortant Jean-Marc Pujol (LR). Contrairement à 2014, la stratégie du "front républicain" et le désistement de deux candidats en capacité de se maintenir au second tour, n'a cette fois pas fonctionné.
  • Dans la métropole de Montpellier, cinq maires, sur les neuf poussés à un second tour, ont perdu leur fauteuil ce dimanche.

Retrouvez l'intégralité des résultats sur le site de 20 minutes.

A LIRE AUSSI

A VOIR

Merci de nous avoir suivis tout au long de ce second tour. Dans le Languedoc et le Roussillon, la soirée a été difficile pour de nombreux maires sortants restés sur le carreau.

23 h 47 : Les résultats sont définitifs, Delafosse s’impose à une écrasante majorité

Les résultats définitifs sont tombés peu avant minuit à Montpellier et confirment les estimations des instituts de sondage. Le socialiste Michaël Delafosse, à la tête d’une liste d’union de la gauche, s’impose très largement (47,22 %) devant le maire sortant Philippe Saurel (DVG, 34,65 %). Le coup de poker du chef d’entreprise Mohed Altrad (DIV), de s’allier avec des listes très à gauche, a fait un flop. Il ne décolle pas à 18,12 % des suffrages exprimés.

23 h 32 A Narbonne, second mandat pour Didier Mouly

Même s’il a dû passer par un second tour, Didier Mouly (DVD) a tranquillement assuré sa réélection pour un second mandat à Narbonne. Il s’impose dans une quadrangulaire dans la sous-préfecture de l’Aude avec 43,57 % des voix, devant Nicolas Sainte-Cluque (DVG, 34,43 %), Viviane Thivent (EELV, 13,11 %) et Jean-François Daraud (RN, 8,87 %).

23 h 01 : François Commeinhes réélu à Sète

Les résultats viennent de tomber : à Sète, le maire sortant François Commeinhes (DVD) a été réélu avec 47,09 % des suffrages. Il devance Véronique Calueba (UG), qui a séduit 41,10 % des électeurs et Sébastien Pacull, qui rassemble 11,80 % des voix. La gauche s’était pourtant unie entre les deux tours et semblait en mesure de ravir la mairie au maire sortant qui a su mobiliser les abstentionnistes. La stratégie d’union des droites avec le Rassemblement national de l’ancien patron des Républicains dans l’Hérault, Sébastien Pacull, se solde également par un échec.

22 h 45 : Encore un maire de la métropole de Montpellier battu

Après Thierry Bresse (DVG) à Cournonterral, Isabelle Guiraud (DVC) à Saint-Jean-de-Védas et Noël Ségura (DVG) à Villeneuve-lès-Maguelone, un autre maire de la métropole de Montpellier est battu ce dimanche : à Prades-le-Lez, Florence Brau (écologiste) a largement battu le maire Jean-Marc Lussert, qui est plus de 27 points derrière. La nouvelle maire totalise 56,03 % des voix, le maire sortant 28,49 % et Elise le Roy (DIV) 15,45 %.

22 h 28 : Frédéric Lafforgue élu à Castelnau-le-Lez

C’était l’une des élections annoncées comme les plus indécises de ce second tour dans l’Hérault. A Castelnau-le-Lez, le maire sortant Frédéric Lafforgue (DVC), soutenu par Les républicains et LREM, faisait face à un front uni autour de Mathilde Borne (DVG). Dans la seconde ville de la métropole de Montpellier, le maire en place va finalement conserver son fauteuil. Il s’impose dans ce duel avec 52,05 % des suffrages exprimés. Castelnau-le-Lez avait été conquise à la gauche au début des années 80 par le sénateur Jean-Pierre Grand. Il lui avait cédé son écharpe en cours de mandat pour siéger au palais du Luxembourg.

22 h 17 A Montferrier, la revanche de l’ancienne opposante

Dans l’opposition pendant des années, Brigitte Devoiselle (DVD) avait obtenu le soutien inattendu du maire sortant Michel Fraysse. Elu depuis 1995, il l’avait présentée comme la plus qualifiée pour poursuivre son action. Les habitants de Montferrier-le-Lez, commune huppée de la métropole de Montpellier, l’ont entendu. Elle s’impose dans une triangulaire avec 53,66 % des suffrages exprimés. Michel Bourrelly (DVG) avec 26,51 % et Jean-Paul Bord (DVD), 19,82 % sont largement battus.

21 h 59 A Frontignan, très large victoire de Michel Arrouy face au candidat du Rassemblement national

Michel Arrouy, à la tête d’une liste divers gauche, s’est largement imposé avec 58,01 % des suffrages dans le duel qui l’opposait à Gérard Prato (Rassemblement national). Il bénéficiait du soutien du maire sortant, le socialiste Pierre Bouldoire qui n’avait pas souhaité se représenter devant les électeurs après quatre mandats. Les deux autres candidats en capacité de se maintenir lors de ce second tour, s’étaient désistés au profit de Michel Arrouy. Le Rassemblement national avait fait de la mairie de Frontignan l’une de ses principales cibles dans l’Hérault.

tions

21 h 44 : Louis Aliot officiellement élu à Perpignan

Les résultats sont définitifs. Ils confirment les estimations des instituts de sondage, réalisées d’après les déclarations de vote recueillies à la sortie des urnes Louis Aliot (RN) est élu maire de Perpignan, avec 53,09 % des suffrages. Le sortant, Jean-Marc Pujol (LR), rassemble 46,90 % des voix. Perpignan devient la première ville de plus de 100.000 habitants à basculer dans le giron du Rassemblement national.

21 h 36 Gilles d’Ettore rempile à Agde

Le maire Gilles d’Ettore (Les Républicains) a été réélu pour un quatrième mandat à Agde. En ballottage très favorable à l’issue du premier tour, il s’est imposé avec 55,09 % devant Thierry Nadal (DVC), contenu à 35,11 % et le candidat du Rassemblement national Jean-Louis Cousin (9,80 %).

21 h 25 : A Pérols et Grabels, deux maires dans un fauteuil

Les maires de Grabels, René Revol (Front de Gauche, à la tête d’une liste divers gauche) et de Pérols, Jean-Pierre Rico (UDI), ont été largement réélus face à une opposition divisée, l’un et l’autre dans une triangulaire. Le premier avec 50 % des voix. Le second avec 48,34 % des suffrages.

21 h 18 : Deux autres maires battus dans la métropole de Montpellier

Ce second tour des municipales a été fatal à deux autres maires des communes de la métropole de Montpellier. A Saint-Jean de Védas, Isabelle Guiraud (DVC) abandonne son siège à François Rio (DVG) à l’issue d’une quadrangulaire. Véronique Négret (DVG), qui avait réussi à fusionner l’opposition sur sa liste, s’impose face au communiste Noël Ségura, à la tête d’une liste divers gauche. Dans les deux cas, moins de 100 voix séparent les nouveaux maires des vaincus.

21 h 11 : A Montpellier, nette victoire de Michaël Delafosse (PS) selon les sondages

Un sondage Ipsos/Sopra Steria donne pour France Télévisions/Radio France/les Chaînes parlementaires donne le socialiste Michaël Delafosse largement vainqueur à Montpellier. A la tête d’une liste d’union de la gauche, il est crédité de 48,9 % des suffrages, devant le maire sortant (DVG) Philippe Saurel (33,1 %) et Mohed Altrad (DIv, 18 %)

 

21 h : Yvon Bourrel réélu à Mauguio

Avec 45,19 % des suffrages, le maire de Mauguio-Carnon Yvon Bourrel (DVG) conserve son poste. Il était opposé dans une quadrangulaire à Daniel Bourguet (DIV, 35,17 %), Gilles Parmentier (RN, 10,42 %) et Pierre-Martin Chazot (LR, 9,20 %). La commune de Mauguio est doublement stratégique pour Montpellier : elle est le plus proche de la mer depuis le tramway et elle abrite surtout l’aéroport.

20 h 54 : Le maire de Lunel battu après trois mandats

Le maire sortant de Lunel, Claude Arnaud (DVD) a été largement battu à Lunel par Pierre Soujol (DIV), qui recueille 46,16 % des suffrages contre 36,63 % pour celui qui siégeait à la mairie depuis 2001 et y briguait un quatrième mandat. Julia Plane (RN) arrive en troisième position (17,22 %) de cette triangulaire. La liste de Pierre Soujol avait fusionné dans l’entre-deux tours avec le socialiste Jean-Pierre Berthet.

20 h 44 : Jean-Paul Fournier serait réélu à Nîmes

Selon des résultats publiés par Midi Libre, Jean-Paul Fournier (LR) est réélu maire de Nîmes (Gard), avec 41,16 %. Elu pour la première fois en 2001 à la tête de la préfecture du Gard, il rempile à 74 ans pour un quatrième mandat.

Le communiste Vincent Bouget, à la tête d’une liste divers gauche, arrive en deuxième position, avec 26,48 % des voix. Le centriste Yvan Lachaud, ancien conseiller municipal de Jean-Paul Fournier et président de la métropole de Nîmes, est le grand battu de cette élection. Le candidat soutenu par LREM n’arrive qu’en troisième position, avec 18,46 % des voix.

Dans cette quadrangulaire, la liste de Yoann Gillet (RN) est en dernière position (13,10 %), en retrait de près de dix points par rapport à 2014.

20 h 32 : Un premier maire tombe dans la métropole

C’était la plus petite des neuf communes de la métropole de Montpellier appelée à voter au second tour de ces municipales. La première dont les résultats sont officiels. A Cournonterral, le maire sortant Thierry Breysse (PS) a été battu par William Ars (DIV). Le ralliement dans l’entre-deux tour de son ex-première adjointe, qui avait claqué la porte de sa majorité en janvier pour présenter sa propre liste, n’a eu aucune conséquence. En ballottage très défavorable, Thierry Breysse est largement battu (57,83 %-42,16 %).

20 h 10 : Echec du « front républicain »

La victoire de Louis Aliot contre le maire sortant Jean-Marc Pujol (54 %-46 %), si elle est confirmée, marque l’échec de la stratégie de « front républicain ». Comme en 2014, les deux autres candidats en capacité de se maintenir au second tour s’étaient désistés et avaient appelé à faire barrage au candidat du Rassemblement national. Le rejet du maire sortant semble cette fois avoir été trop fort.

20 h : Louis Aliot (RN) serait élu à Perpignan

Selon des estimations d’Ifop et Fiducial pour M6 et Sud Radio, Louis Aliot (RN) serait élu maire de Perpignan (Pyrénées-Orientales) ce dimanche, avec 54 % des suffrages. Le maire sortant, Jean-Marc Pujol (LR), rassemblerait 46 % des voix.

Si ces estimations se confirment, Perpignan serait la première ville de plus de 100.000 habitants à basculer dans le giron du Rassemblement national.

Au premier tour, la liste du Rassemblement national, menée par Louis Aliot, était arrivée en tête, avec 35,65 % des voix. Jean-Marc Pujol (LR), le maire sortant de Perpignan, avait remporté l’appui de 18,43 % des votants, se classant deuxième du scrutin.

Respectivement troisième et quatrième, avec 14,51 % et 13, 17 %, Agnès Langevine (EELV) et Romain Grau (LREM) avaient décidé de se retirer pour faire barrage au RN.

18 h 50 : Insolite. Aucune liste au premier tour… deux au deuxième

A Saint-Sauveur-de-Ginestoux, une minuscule commune de 59 habitants du département de la Lozère, aucun candidat ne s’était déclaré au premier tour. Sous la menace d’une gestion décentralisée de la commune par la préfète de la Lozère, quelques habitants, récemment arrivés dans le village, ont finalement décidé de se présenter à la mairie. En réaction, et parce qu’ils ne connaissaient pas ces nouveaux venus, cinq personnes ont finalement décidé de se présenter à leur tour. Drôle d’ambiance…

18 h 32 : Duel très suivi à Perpignan

La France a les yeux braqués sur le scrutin de Perpignan. Louis Aliot (RN), largement en tête à l’issue du premier tour (35,7 %), peut ravir la mairie au maire sortant Jean-Marc Pujol (18,4 % au premier tour). Les deux autres candidats en capacité de se maintenir se sont retirés et ont appelé à voter contre Louis Aliot.

Si Louis Aliot s’impose, il s’agirait de la première ville de plus de 100.000 habitants à basculer dans le giron du Rassemblement national. Les estimations sur l’issue du scrutin devraient tomber autour de 20 h 30 selon l’institut de sondage Ipsos. Dans la préfecture des Pyrénées-Orientales, les électeurs semblent s’être davantage mobilisés qu’au premier tour : le taux d’abstention y serait (selon les estimations finalisées à 18 h 28) de 52,8 %, contre 60,3 % au premier tour.

18 h 15 : On vote dans neuf communes de la métropole

285 maires ont déjà été élus dans les 342 communes de l’Hérault. Les habitants de 57 communes du département étaient appelés à voter pour ce second tour, dont neuf dans la métropole de Montpellier. Tous les bureaux de vote sont désormais fermés, à l’exception de ceux de la préfecture de l’Hérault (où les votes sont clôturés à 20 h).

17h30 : Participation en baisse dans l’Hérault

A l’image de la tendance nationale, la participation est en baisse à 17 h dans l’Hérault. Elle s’établit à 43,93 % contre 46,83 % au premier tour. Les électeurs se sont déplacés un peu plus nombreux dans l’Aude (42,47 %), les Pyrénées-Orientales (45,32 %) et surtout la Lozère (60,24 %). C’est dans le Gard que le taux est le plus faible. Seulement 39,45 % des inscrits se sont déplacés à 17h dans les bureaux de vote.

Bonjour, soyez les bienvenues et bienvenus dans ce live ! Plus de trois mois après le premier tour des municipales 2020, et une crise sanitaire sans précédent, nous allons vous faire vivre cette soirée électorale qui s’annonce très chaude à Montpellier (que ce soit du côté des températures comme du scrutin). Nous vous informerons aussi des résultats dans les communes de l’Hérault qui désignent leur maire ce soir ou dans les départements limitrophes du Languedoc et du Roussillon. Notamment à Perpignan et Nîmes.