Montpellier : Pour dénoncer les classes bondées, des parents envoient un colis de sardines au Rectorat

COLLEGE Le collectif des Aiguerelles indique avoir fait livrer 21 boîtes de sardines aux services de l'Etat

Nicolas Bonzom
— 
Le collectif dit avoir envoyé un colis de sardines au Rectorat
Le collectif dit avoir envoyé un colis de sardines au Rectorat — Collectif des Aiguerelles

Depuis le mois de juin 2019, le collectif des Aiguerelles se bat contre la surpopulation dans les classes du collège du même nom, à Montpellier(Hérault). Tandis que se dessine la carte scolaire de la rentrée prochaine, ces parents d’élèves indiquent avoir adressé un étonnant colis au Rectorat : 21 boîtes de sardines !

« En écho aux 21 classes qui seront aux Aiguerelles à la rentrée de septembre », précise le collectif montpelliérain, dans un communiqué. Un établissement qui bénéficie de l’ouverture de deux classes supplémentaires, dans « un collège déjà saturé tant au niveau de l’espace que des effectifs », déplorent les parents. Les parents sont d’autant plus en colère que l’Etat n’a alloué comme moyen supplémentaire pour la rentrée prochaine qu’un demi-poste d’assistant pour l’intendance. Pas assez, pour le collectif.

« Il n’y a pas de tension sur cet établissement »

C’est adapté, répond le Rectorat, sollicité par 20 Minutes. « Nous échangerons très régulièrement avec les enseignants, la direction et les parents des Aiguerelles, car les effectifs sont en augmentation un peu forte depuis un an, explique Bruno Bénazech, le directeur académique adjoint des services de l’Education nationale de l’Hérault. Compte tenu des effectifs prévisionnels pour la rentrée, il n’y a pas de tension sur cet établissement. Il y a normalement encore un peu de place. »

Il y a la possibilité d’ouvrir 21 classes dans ce collège, et à la rentrée, il y en aura 19. Les nouvelles classes créées aux Aiguerelles, apprend-on, ont été libérées par des groupes d’enfants étrangers, dont les enseignements du français ont été déplacés ailleurs à Montpellier. Quant au « demi-poste » évoqué par les parents, c’est là aussi justifié, note le directeur académique adjoint : les enfants étrangers quittant l’établissement, les heures qui leur étaient allouées seront dirigées vers d’autres tâches.

Par ailleurs, l’attribution de postes d’assistants d’éducation n’a pas encore été actée, indique le représentant du Rectorat. Mais surpopulation ou pas, l’ouverture du nouveau collège, promis par le département en septembre 2022, devrait apaiser les tensions.