Coronavirus à Montpellier : Une pianiste joue sous les fenêtres des maisons de retraite

SOLIDARITE Une initiative bienvenue, histoire d'égayer le quotidien des pensionnaires en ces temps de confinement

Nicolas Bonzom

— 

Claire Bossier joue devant la Maison de retraite protestante de Montpellier
Claire Bossier joue devant la Maison de retraite protestante de Montpellier — Elsa Hersog / Maison de retraite protestante de Montpellier

Postés aux fenêtres de leurs chambres, les pensionnaires de la maison de retraite tapotent sur les rambardes pour accompagner Claire Boissier. « Mais ce n’est pas forcément toujours très en rythme ! », sourit cette professeure de piano de Lavérune, un petit village situé près de Montpellier (Hérault).

Depuis plusieurs semaines, l’artiste installe son piano numérique et ses amplis devant les établissements accueillant des personnes âgées, histoire d’égayer leur confinement, en distillant dans leurs oreilles des standards de la musique classique, Bach, Chopin ou Schubert, du jazz, ou de la musette. Une initiative accueillie chaleureusement, tandis que l’épidémie de coronavirus plonge les Ehpad dans un profond désarroi.

Claire Boissier joue devant la Maison de retraite protestante de Montpellier
Claire Boissier joue devant la Maison de retraite protestante de Montpellier - Elsa Hersog / Maison de retraite protestante de Montpellier
Claire Bossier joue devant la Maison de retraite protestante de Montpellier
Claire Bossier joue devant la Maison de retraite protestante de Montpellier - Elsa Hersog / Maison de retraite protestante de Montpellier

« Une bulle se crée »

« Les pensionnaires sont heureux, et le personnel aussi. Et moi aussi, confie à 20 Minutes Claire Boissier, qui intervient régulièrement au sein des maisons de retraite. La musique a ce pouvoir de nous faire passer de bons moments, ensemble. Une bulle se crée, dans laquelle tout le monde entre. La première fois que j’ai joué de cette façon, c’était devant l’Ehpad où se trouve ma maman. Les personnes âgées, c’est mon public préféré. J’ai vraiment l’impression de leur faire plaisir, de les rendre heureux. »

« Ça fait vraiment du bien à tout le monde », se réjouit Elsa Hersog, la directrice adjointe de la Maison de retraite protestante, à Montpellier, devant laquelle Claire Boissier s’est produite. « Cela concrétise l’élan de solidarité de tout le monde, la prise de conscience des difficultés de poursuivre les activités pour les résidents, et la lutte contre l’isolement, note-t-elle. C’est quelque chose qui nous mobilise au quotidien. La semaine prochaine, un conteur devrait d’ailleurs venir faire des lectures, devant l’établissement. »

« Ce fut assez magique, un instant un peu surréaliste au milieu d’un vide social et familial », confie Claire, l’animatrice de la Roseraie Sainte-Odile, une autre maison de retraite de Montpellier qui a reçu la visite, il y a quelques jours, de la pianiste héraultaise. « Ce son, cette musique qui montait vers eux, pour eux… Ils étaient tous très heureux de cette attention, de ce cadeau. Merci à Claire [Boissier] qui a toujours du plaisir à venir jouer à la Roseraie Sainte-Odile, et encore plus aujourd’hui de penser à eux. »