Coronavirus en Occitanie : Forfaits, ordinateurs… Des dispositifs pour aider les étudiants en précarité numérique

SOLIDARITE La région a notamment mis à la disposition des universités 1.500 ordinateurs

Nicolas Bonzom
— 
L'un des ordinateurs mis à la disposition des lycéens par la région Occitanie (illustration)
L'un des ordinateurs mis à la disposition des lycéens par la région Occitanie (illustration) — N. Bonzom / Maxele Presse
  • En cette période de confinement, des étudiants se retrouvent dans des situations de précarité numérique, ceux qui n’ont pas d’ordinateur, ou pas assez performant.
  • En Occitanie, la région a notamment mis à la disposition des universités 1.500 PC, qui seront envoyés aux jeunes du territoire qui n’en disposent pas.
  • Par ailleurs, certains opérateurs ont mis en place des offres spéciales. Mais pas de forfait illimité pour les étudiants précaires, comme le préconisait la région.

Tandis que les cours se poursuivent à distance tant bien que mal, le confinement lié au Covid-19 plonge certains étudiants dans une forte précarité numérique.

Fabien est étudiant à l’université Paul-Valéry, à Montpellier (Hérault). Cette année, le jeune homme n’avait pas d’ordinateur, confie-t-il à 20 Minutes : « Si j’en ai besoin, je vais dans un cybercafé, ou à la bibliothèque universitaire. » Confiné dans son appartement en raison de l’épidémie de Covid-19, il s’est débrouillé pour s’en faire prêter un, pour tenter de poursuivre son cursus à distance. « Au dernier moment, un ami m’en a proposé un pour la durée du confinement, avant qu’il ne parte chez ses parents », note ce militant, qui œuvre au sein du Syndicat de combat universitaire.

« Ce sont des outils pour des notes en cours, pas pour suivre des cours en ligne »

« Certains étudiants n’ont pas forcément d’ordinateur, ou en tout cas pas d’ordinateur assez performant, ils ont parfois seulement des tablettes ou des téléphones portables, reprend Fabien. Ce sont des outils qui peuvent servir à prendre des notes en cours, mais pas à suivre des heures et des heures de cours en ligne. Il y a une fracture numérique. »

En Occitanie, des dispositifs ont été mis en place, et des propositions ont été faites, pour tenter de lutter contre cette forme de précarité. Le 27 mars, Carole Delga (PS), la présidente de la région Occitanie, a par exemple incité les fournisseurs d’accès à proposer un accès gratuit aux données en illimité pour les étudiants les plus démunis.

« Les étudiants ne disposent pas toujours d’un moyen d’accès numérique personnel »

« Cette situation sans précédent vient souligner les inégalités sociales et renforcer la fracture numérique chez nos jeunes, puisque les étudiants les plus défavorisés ne disposent pas toujours d’un moyen d’accès numérique personnel, d’une connexion satisfaisante ou d’un abonnement téléphonique et internet pouvant absorber le surplus actuel de consommation de données », confie l’élue, qui propose aux opérateurs « la transformation, pour un temps défini, des forfaits étudiants limités en forfaits illimités ».

20 Minutes a sollicité les principaux opérateurs à ce sujet : Orange, Free, Bouygues Telecom et SFR. Aucun n’a mis en place de forfaits illimités gratuits pour les étudiants les plus démunis. Mais des dispositifs ont été mis en place, et pas seulement pour les étudiants. Orange propose à tous « 10 Go d’internet mobile supplémentaires aux clients ayant consommé l’intégralité de leur enveloppe data », du 1er au 30 avril.

Aucun des principaux opérateurs ne propose de forfait illimité gratuit pour les étudiants

Bouygues Telecom indiquait mardi la mise en place de « différentes actions permettant de faire bénéficier d’internet aux plus démunis, dans cette période particulière de confinement ». SFR a annoncé, le 25 mars, une série de mesures pour les personnes en situation de grande précarité : l’opérateur « fait don à 20.000 personnes en situation de grande précarité de recharges prépayées comprenant appels, SMS illimités et 5 Go de data, valables 30 jours, ainsi que de téléphones [20.000] et de smartphones [5.000] ».



SFR va également booster la connexion de 5.000 personnes, bénéficiaires d’Emmaüs Connect, une association dédiée à l’inclusion numérique, « en leur faisant don de recharges prépayées comprenant appels, SMS illimités et 10 Go de data ». Sur les élèves et les étudiants en particulier, l’opérateur « fait don à 50.000 élèves de recharges prépayées de 12 Go pour qu’ils puissent continuer à étudier de chez eux ».

1.500 ordinateurs mis à la disposition des étudiants

Free, enfin, a indiqué le 18 mars dernier sur Twitter qu’il s’engageait à offrir « 20 fois plus de data 4G aux abonnées mobile 2 euros et 0 euro, qui bénéficient automatiquement et sans surcoût de 1 Go par mois au lieu de 50 Mo », jusqu’à fin avril.

En Occitanie, des PC devraient être prêtés aux étudiants qui ont en besoin. Le 31 mars, la région a indiqué aux 8 universités du territoire qu’elle mettait à leur disposition « 1.500 ordinateurs, commandés en urgence, pour être distribués prioritairement aux étudiants boursiers qui en auront le plus besoin. Cédés gratuitement par la région, ces ordinateurs seront ensuite octroyés directement par les universités aux étudiants identifiés. »


Une enquête pour identifier les étudiants en difficulté

De son côté, l’université Paul-Valéry, à Montpellier, a lancé une enquête, par SMS, pour tenter d’identifier les étudiants qui n’ont pas de PC (ou qui ne parviennent pas à se connecter durablement). « Pour qu’ils se signalent, nous fassent part de leurs difficultés et que nous puissions leur apporter le soutien qui réduira cette fracture numérique, indique la faculté de lettres. Nous avons bon espoir de trouver les solutions pour le plus grand nombre d’entre eux. » Environ 400 étudiants ont sollicité une aide à Paul-Valéry, principalement pour des questions de connexion instable. L’établissement réfléchit à la mise à disposition de clés 3G ou 4G, avec le concours des opérateurs.


De son côté, le 26 mars, l’université de Montpellier (sciences, droit et sport) se disait également particulièrement attentive à « la question de l’égalité des chances ». « L’université prend en compte les potentielles fractures numériques pour certains étudiants », assurait l’établissement. L’université indique qu’elle devrait recevoir ces ordinateurs en début de semaine. Ils devraient être envoyés à ceux qui ont en besoin.