Coronavirus à Montpellier : Un syndicat de transport demande l'arrêt total des bus et du tramway

EPIDEMIE De son côté, la métropole a annoncé ce mardi de nouvelles mesures sur son réseau de transports

Nicolas Bonzom

— 

Le tramway à Montpellier (illustration).
Le tramway à Montpellier (illustration). — N. Bonzom / Maxele Presse
  • Le syndicat FO de la Tam, qui gère le réseau de transports à Montpellier, a demandé à la métropole d’arrêter totalement les bus et le tramway, en raison de l’épidémie.
  • De son côté, la métropole annonce de nouvelles mesures concernant son réseau.

« Nous vous demandons l’arrêt total du réseau en urgence. » Dans une lettre, le syndicat FO de la Tam, qui gère le réseau de transports de la ville, exhorte Philippe Saurel (divers gauche), le maire et président de la métropole de Montpellier, de laisser les bus et les tramways au dépôt, en raison de la propagation du Covid-19.

« Le confinement total est la seule solution pour enrayer la propagation de cette pandémie, écrit le syndicat. Nous devons tout mettre en œuvre pour ne pas arriver à la situation de l’Italie. » Ahmed Mekhalef, l’un des responsables de FO à la Tam, pointe du doigt auprès de 20 Minutes les conditions de protection des chauffeurs, mais aussi des usagers. Les employés de l’opérateur de transport sont « inquiets », confie-t-il. « Et puis on ne transporte presque personne, c’est très, très calme », reprend le syndicaliste.

Des fréquences limitées, dès mercredi

Mais comment feraient, sans bus, ni tramway, ceux qui ne peuvent se déplacer qu’en transports en commun ? Pour ne pas pénaliser ces habitants, notamment les personnels soignants, le syndicat FO propose dans sa missive à la métropole de mettre en place des transports à la demande, avec des mesures de sécurité renforcées.

Du côté de la métropole, l’arrêt total du réseau n’est pas au programme, apprend-on ce mardi. La collectivité a, en revanche, mis en place de nouvelles mesures pour son réseau de transport en commun, qui n’est accessible qu’aux personnes munies d’une attestation de déplacement. A partir de mercredi, les tramways circuleront de 5 h à minuit chaque jour, « mais avec une fréquence limitée ». « Les bus garderont la même amplitude horaire, avec une fréquence moindre », poursuit la métropole de Montpellier.

Des mesures de sécurité pour les employés et les usagers

Par ailleurs, prendre le bus et le tramway sera désormais gratuit, et les abonnés pourront être remboursés, à l’issue de la période de confinement. De plus, 400 Vélomagg, dont le service est suspendu, seront mis à la disposition des établissements de santé qui en feront la demande. La métropole indique également qu’elle étudie la possibilité de mettre en place des transports à la demande, pour les soignants, « en cas de nécessité ».

Mais si les bus et le tramway continuent de rouler, dans quelles conditions de sécurité ? Sollicitée par 20 Minutes, la Tam détaille les mesures mises en place pour protéger ses agents, ainsi que les usagers du réseau. D’abord, on monte par l’arrière des bus, et par les portes centrales du tramway, pour respecter la distance avec les chauffeurs. Et dans les rames comme dans les bus, ces derniers sont isolés. Par ailleurs, la Tam procède, outre le nettoyage habituel, à la désinfection quotidienne des bus et des rames du tramway. Le personnel a aussi accès à du gel hydroalcoolique et des gants.

« La plupart des conducteurs sont conscients de la nécessité d’assurer cette mission de service public, notamment pour les personnels soignants, ou pour ceux qui travaillent dans les magasins alimentaires, indique Xavier Dupuy, le directeur de l’exploitation de Tam à Montpellier. Nous avons, nous aussi, notre rôle à jouer. »