« Gilets jaunes » à Montpellier : Une « marche des mutilés » pour dénoncer les violences policières

MANIFESTATION Plusieurs centaines de personnes ont défilé ce dimanche, dont des blessés

Nicolas Bonzom

— 

La marche des mutilés à Montpellier
La marche des mutilés à Montpellier — N. Bonzom / Maxele Presse

Plusieurs centaines de personnes ont participé ce dimanche après-midi à une « marche des mutilés », à Montpellier, dans l'Hérault,​ pour dénoncer les violences policières et réclamer l'interdiction des armes utilisées par les forces de l'ordre.

Dans le cortège qui a traversé la ville sans violence ni heurt, ont notamment défilé des manifestants qui ont été blessés, ces derniers mois. Parmi eux, une jeune femme, touchée par un « tir de grenade lacrymogène en pleine tête », confie-t-elle, en brandissant une photo d’elle, lourdement blessée au visage lors d’une manifestation de « gilets jaunes », près de la gare. Ce jour-là, elle était street medic. « Aujourd’hui, je ne le suis plus, j’ai peur de la police, quand je vais en manifestation, confie la manifestante. Je recule quand je vais à la gare. C’est un véritable traumatisme, qui est très présent. »

La marche des mutilés a rassemblé plusieurs centaines de personnes dimanche à Montpellier
La marche des mutilés a rassemblé plusieurs centaines de personnes dimanche à Montpellier - N. Bonzom / Maxele Presse

« Faire peur »

« Il est dangereux de manifester, je le sais depuis un an », gronde une Toulousaine, qui se déplace en fauteuil roulant, condamnée, dit-elle, à deux mois de prison avec sursis et interdite de toute manifestation, présente lors de la marche à Montpellier. « Je me force à aller dans les manifestations, c’est une question de dignité, de respect, reprend la manifestante. Mais j’y vais la trouille au ventre, avec le casque, le masque à gaz. Nous avons le devoir de résister avec ce qu’il se passe aujourd’hui dans ce pays. »

« J’ai retrouvé un vieux dossier que j’avais traité lors des manifestations de 1995, il y avait déjà à l’époque des violences. Mais aujourd’hui, nous avons l’impression, sur le terrain, qu’elles sont de plus en plus systématisées, note Jean-Jacques Gandini, ancien avocat et coordinateur de la Legal Team à la Ligue des droits de l’homme. Faire peur aux manifestants, pour que les gens viennent de moins en moins manifester. »