Montpellier : « La chanson "Mets de l'huile" est encore d'actualité », assure l'ex-leader du groupe Regg'Lyss

REGGAE C'est l'heure du dernier concert pour Roland Ramade. Il a accordé à « 20 Minutes » une dernière interview pour la route

Nicolas Bonzom

— 

Roland Ramade, le leader de Regg'Lyss, lors d'un concert à la salle Victoire 2, près de Montpellier
Roland Ramade, le leader de Regg'Lyss, lors d'un concert à la salle Victoire 2, près de Montpellier — N. Bonzom / Maxele Presse
  • Roland Ramade fut l’inoubliable leader du groupe Regg’Lyss, dans les années 1990.
  • Ce week-end, le musicien héraultais donnera son dernier concert.
  • « On a un peu vécu cette période en courant derrière, tout s’est passé très vite », raconte Roland Ramade, dont le titre « Mets de l’huile » fut un énorme succès.

« Mets de l'huile, petit homme, dans la vie, il faut que ça glisse... » Personne n’a oublié Mets de l’huile. Cet hymne reggae, bombardé sur les ondes en 1993, a fait faire le tour du monde à Roland Ramade, l'ancien leader du groupe Regg’Lyss.

« J’ai sans doute fait plusieurs fois le tour de la Terre », sourit le Montpelliérain, qui a décidé d’arrêter les tournées, bien trop usantes. Il a donné son dernier gros concert samedi à la salle Morastel, à Mauguio, près de Montpellier, dans l'Hérault. Car même si Regg’Lyss s’est séparé depuis plus de vingt ans, Roland Ramade n’a jamais quitté la scène, sillonnant sans cesse les salles de concert d’ici et d’ailleurs, les fêtes et les festivals, avec L’Art à Tatouille, ou la Regglyssouille, ses deux formations.

« On n’avait pas trop le temps de rêver »

« Quand je rentre, je mets une semaine à m’en remettre, plaisante-t-il. Je ferai sans doute de petits concerts de temps à autre, dans de petits bars… Ou une apparition, ici ou là, comme font les vedettes à la télévision ! » En jouant, forcément, Mets de l’huile. Ou Le rocher et Vive les gestes, tubes de l’âge d’or de Regg’Lyss, créé dans les années 1980 par une bande de copains dont le cœur penchait entre la Jamaïque et l’Occitanie.

Après quelques années de disette, ces pompiste, professeur aux Beaux-Arts ou maçon ont connu un succès fulgurant au début des années 1990. « On a un peu vécu cette période en courant derrière, tout s’est passé très vite, raconte Roland Ramade. On ne se posait pas trop de questions, on n’avait pas trop le temps de rêver ou d’être des rock stars. Un jour, je me souviens d’un copain qui avait loué une voiture au Brésil. Quand il l’a allumée, l’autoradio jouait Mets de l’huile. Des gens m’appelaient de Nouvelle-Calédonie pour me faire écouter la radio qui jouait notre musique. »

Roland Ramade, ex-leader du groupe Regg'Lyss dans les années 1990.
Roland Ramade, ex-leader du groupe Regg'Lyss dans les années 1990. - N. Bonzom / Maxele Presse / 20 Minutes

« C’est une chanson qui est encore d’actualité »

Pourtant, presque trente ans après, Roland Ramade ne se lasse pas de cette hymne « pour rester cool ». « Je croise parfois des couples qui me disent qu’ils se sont connus sur Mets de l’huile, confie l’Héraultais. Ou d’autres, qui m’expliquent, émus, que ça les faisait sourire, quand ils étaient souffrants. La musique fait partie de la vie celui qui la fait, mais aussi de celui qui l’écoute. Et puis, c’est une chanson qui est encore d’actualité. Ça parle de tolérance. Que même si on ne se ressemble pas, même si on ne parle pas la même langue, il faut se supporter les uns les autres, il faut vivre ensemble. »

Le musicien apporte sans doute sa pierre à l’édifice en organisant régulièrement des ateliers, où il fait écrire des chansons à des personnes âgées, atteintes de troubles cognitifs, et des enfants d’origines étrangères, notamment. « Je les fais écrire, composer des chansons. Puis ils repartent avec un CD, avec un titre qui leur appartient. »