Municipales 2020 à Montpellier : La candidate EELV Clothilde Ollier veut « reverdir la ville »

ELECTIONS Cette infirmière urgentiste a été désignée samedi tête de liste pour le parti écolo

Nicolas Bonzom

— 

La candidate EELV à Montpellier Clothilde Ollier
La candidate EELV à Montpellier Clothilde Ollier — Jérôme Diesnis / Maxele Presse
  • Clothilde Ollier représentera les Verts aux élections municipales à Montpellier. La quadragénaire a été désignée cheffe de file samedi, lors de la primaire d’EELV.
  • Il y a quelques semaines, Clothilde Ollier était la maire de Murles, un village de 300 habitants au nord-ouest de Montpellier. Elle a passé la main à son premier adjoint.
  • « Ces élections sont plutôt une chance, collectivement, de pouvoir changer la ville », confie la quadragénaire, qui fait partie des favorites de ce scrutin.

Clothilde Ollier représentera les Verts aux élections municipales à Montpellier. La quadragénaire a été désignée cheffe de file samedi, lors de la primaire d'EELV. Avec 413 voix, cette infirmière urgentiste, en binôme avec Manu Reynaud, a fait mieux que l’ancien député écologiste Jean-Louis Roumégas, qui a rassemblé 372 voix.

Il y a quelques semaines encore, Clothilde Ollier était la maire de Murles, un village de 300 habitants au nord-ouest de Montpellier. L’élue, qui a passé la main à son premier adjoint, avait d’ailleurs déposé le 3 septembre, en tant que première magistrate de cette petite commune, un arrêté anti-pesticides auprès du préfet de l’Hérault.

« J’ai connu Montpellier petite, j’ai joué au football en bas des tours de la Paillade »

« Si Jean-Pierre Moure [candidat PS à Montpellier en 2014, maire de Cournonsec de 1986 à 2014] a perdu aux dernières élections, ce n’est pas parce qu’il venait de Cournonsec, mais parce que son programme n’a pas plu, confie Clothilde Ollier. Moi, je suis originaire de Montpellier, j’y travaille depuis vingt-cinq ans, j’habite l’Ecusson depuis deux ans. J’ai connu Montpellier petite, j’ai connu la place de l’Œuf, j’étais au collège à la Paillade, j’ai joué au football en bas des tours. Murles, c’est une partie de ma vie, j’y ai été heureuse et les habitants sont satisfaits de l’action que j’ai menée. »

A Montpellier, Clothilde Ollier pourrait être l’une des favorites à l’élection, si l’on en croit le sondage BVA/La Tribune/Public Sénat paru le 20 septembre : les intentions de vote mettaient en effet la liste EELV et Philippe Saurel (divers gauche) au coude à coude. Le maire n’est cependant pas encore candidat. C’est la première fois à Montpellier que les écolos ne seront pas cantonnés à un rôle de simple arbitre dans ce scrutin.

« Reverdir la ville »

« Il n’y a absolument aucune pression à ce niveau-là de mon côté, confie Clothilde Ollier. Cela fait dix-huit ans que je travaille aux urgences, la véritable pression, c’est quand quelqu’un est en train de mourir, qu’on ouvre l’armoire et qu’il manque un médicament. Ces élections sont plutôt une chance, collectivement, de pouvoir changer la ville. »

L’esprit de la candidature écolo à Montpellier, c’est d’abord « reverdir la ville », confie la cheffe de file. « Il faudra travailler sur les documents d’urbanisme, pour transformer le paysage, et protéger les zones qui peuvent encore l’être, note Clothilde Ollier. Il faudra de véritables mesures, concrètes. Il y a de très belles choses à faire à Montpellier. »

Clothilde Ollier et Jean-Louis Roumégas, lors de la primaire EELV
Clothilde Ollier et Jean-Louis Roumégas, lors de la primaire EELV - Jérôme Diesnis / Maxele Presse

Les écolos divisés ?

Candidat malheureux à la primaire, Jean-Louis Roumégas, qui n’a pas répondu aux sollicitations de 20 Minutes dimanche, aura bien sa place à ses côtés, assure la tête de liste. « Évidemment, nous allons travailler ensemble. Jean-Louis [Roumégas] a une place importante dans l’écologie à Montpellier. Nous sommes une seule équipe, nous sommes tous ensemble. » On ne sait pas encore si l’ancien parlementaire sera sur la liste. « J’aime prendre mon temps, discuter tranquillement », confie Clothilde Ollier, qui a par ailleurs été sollicitée sur Twitter par Michaël Delafosse, candidat PS, à échanger, pour « œuvrer au rassemblement de la gauche et des écologistes ».

Mais les écolos pourraient bien partir divisés. Thierry Teulade, qui s’est engagé ces dernières années sur des combats écologistes, comme la lutte contre la décharge de Castries ou la construction d’un projet immobilier sur la colline de Las Rébès, organise le 16 novembre prochain une autre primaire, à laquelle il est candidat. « Ce sera une primaire véritablement citoyenne et ouverte, confie le militant écologiste. Nous avons inscrit d’office Clothilde Ollier et Jean-Louis Roumégas. Puis nous irons à la rencontre de tous les candidats potentiels, et si un candidat est en phase avec les propositions que nous allons faire, nous le rejoindrons, sinon nous porterons une liste. »