Hérault: Un village se mobilise contre l'expulsion d'une famille de réfugiés

SOLIDARITE A Fraïsse-sur-Agoût, dans l’Hérault, les habitants se rassemblent afin d’aider une mère de famille albanaise et ses deux enfants, menacés d’expulsion

C.R.

— 

Image d'illustration d'un village français.
Image d'illustration d'un village français. — Pixabay/ ErikDevlies

Une mobilisation pour contrer une décision de justice. À Fraïsse-sur-Agoût, une petite commune de l'Hérault de 350 habitants à 100 km à l’ouest de Montpellier, la colère ne retombe pas. Une famille a appris qu’elle devait quitter le territoire. Depuis le 10 juillet, Flora, 39 ans, et ses deux garçons Eri et Ben, 15 et 11 ans, ont pour obligation de quitter la France. Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées dans le village cette semaine afin de protester contre cette décision administrative. La mère de famille avait fui l’Albanie après avoir été victime de violences conjugales.

Scolarisés en France depuis trois ans, les enfants se sont rapidement intégrés au village de Fraïsse-sur-Agoût, où ils vivent depuis le mois de septembre avec leur mère, dans un appartement communal mis à leur disposition. Fiona, elle, avait trouvé une promesse d’embauche. Avant cela, la petite famille avait été accueillie chez des administrés de la commune, notamment par Sandrine, qui fait désormais partie du comité de soutien : « Chaque cas est différent. Il doit bien pouvoir y avoir une solution. Ils ont appris le français. Ils sont bien insérés dans le village » explique-t-elle à nos confrères de France Bleu.

Depuis la demande de la justice française, les habitants du village n’ont plus de nouvelles de la famille, qui a quitté précipitamment son appartement, meublé grâce à la générosité des voisins à leur arrivée. Ces derniers ont décidé de se regrouper et de lancer une pétition, signée par plus de 400 personnes. Le maire de Fraïsse-sur-Agoût, André Bacou, a demandé un recours gracieux à Emmanuel Macron, mais n’a pas reçu de réponse.