VIDEO. Montpellier : La Poste teste un robot programmé pour suivre les facteurs dans leurs tournées

INNOVATION Le dispositif est expérimenté dans l'Ecusson depuis ce mardi

Nicolas Bonzom

— 

Le nouveau robot de la Poste est testé à Montpellier
Le nouveau robot de la Poste est testé à Montpellier — N. Bonzom / Maxele Presse
  • La Poste teste dans l’Ecusson un « chariot suiveur », un robot électrique programmé pour repérer et suivre, grâce à des capteurs, les jambes du facteur.
  • Ce robot doit aussi permettre de libérer le centre-ville des véhicules polluants, et de limiter la congestion urbaine.
  • « Ça va nous faciliter la tâche, c’est moins de fatigue », confie un facteur.

Un drôle d’engin déambule dans le centre-ville de Montpellier, depuis mardi. La Poste teste dans l’Ecusson son « chariot suiveur », un robot électrique programmé pour repérer et suivre, grâce à des capteurs, les jambes du facteur, et éviter les obstacles.

D’une capacité d’1m3, la machine, fixée sur quatre roues tout terrain, transporte les colis, ce qui limite les efforts de l’agent de distribution dans sa tournée. « Aujourd’hui, un facteur monte et descend de sa voiture, doit stationner, et ce n’est pas toujours facile », indique Frédéric Moulin, en charge de l’innovation à la Poste.

« Ça va nous faciliter la tâche, c’est moins de fatigue »

Ce n’est pas le seul avantage. Ce robot doit aussi permettre de libérer le centre-ville des véhicules polluants, et de limiter la congestion urbaine. Un projet qui accompagne la mise en place par la métropole d’une ZFE, une Zone à faible émission.

« Avec le développement du e-commerce, dans les villes, nous avons un vrai challenge pour accompagner les livraisons, explique Frédéric Moulin. C’est ce qui nous amène à réfléchir à la mise en place de nouveaux véhicules, en mode doux, qui permettent de porter plus de colis, sans remettre des véhicules quatre-roues en centre-ville. » A Montpellier, David Cohen est l’un des premiers facteurs à avoir expérimenté la machine. « Ça va nous faciliter la tâche, c’est moins de fatigue, confie le facteur. Il faut être attentif quand on marche, à la hauteur… Et il faut penser à éteindre le robot quand on rentre dans un magasin pour livrer, parce que sinon, il vous suit ! »

A Montpellier, d’autres robots sont en test : des droïdes électriques, fabriqués par l’entreprise Twinswheel, qui vont permettre de livrer des marchandises dans l’Ecusson. Contrairement aux robots expérimentés par la Poste, ceux-là, à terme, pourront se déplacer seuls comme des grands, en suivant des routes virtuelles.