L'un des slips enterrés au domaine de Favas, dans l'Hérault
L'un des slips enterrés au domaine de Favas, dans l'Hérault — Domaine de Favas

AGRICULTURE

Hérault: Pourquoi enterre-t-on des slips en coton dans les vignes?

Spoiler: ça sert à mesurer la qualité des sols

  • Des vignerons enterrent des slips dans les vignes, pour mesurer la qualité des sols.
  • Le dispositif a été testé par plusieurs vignerons, notamment au domaine de Favas.
  • Il permet de se rendre compte de l’état bactérien et microbiologique des sols.

La récolte des slips a été bonne dans l'Hérault. Ça n’a rien d’une blague : des vignerons du département ont pour la première fois enfoui des culottes en coton près des ceps. L’objectif de ce dispositif un poil insolite est de mesurer la qualité des sols.

Au domaine de Favas, en conversion bio à Saint Bauzille de Montmel, l’opération a ravi Samuel Masse, qui a déterré trois slips à vingt centimètres de profondeur la semaine dernière. Et il n’en restait plus grand-chose : les organismes qui se bousculent dans les sols des vignes ont fait un festin des sous-vêtements enfouis sur le terrain.

« Il ne restait que l’élastique et quelques bandes de coton »

« Les résultats sont très satisfaisants, témoigne le vigneron héraultais, qui a testé le dispositif sur une parcelle de Marselan. En deux mois à peine, tout a été consommé, ou presque. Il ne restait que l’élastique et quelques bandes de coton… »

Si les sous-vêtements ne ressortent pas en très bon état de cette expérience, c’est que le sol des vignes est en bonne santé. « Ces slips sont en coton, une matière naturelle qui représente une source d’alimentation pour la matière organique, indique Stéphanie Gentès, la conseillère viticole qui porte le projet à la Chambre d’agriculture de l’Hérault. L’objectif est de montrer qu’il y a une vie dans le sol. Pour l’instant, tous les slips que l’on a extraits ont présenté des dégradations de l’ordre de 25 à 100 %. » Mais pourquoi des slips ? Car pour ceux qui ont été grignotés à 100 %, on les retrouve facilement grâce… à l’élastique et à l’étiquette, qui n’ont pas les faveurs des bactéries qui vivent sous la terre.

« Les vignerons ont trouvé le procédé surprenant »

Ce dispositif innovant, qui n’en est encore qu’à ses balbutiements, a déjà été testé dans quelques départements en France. Dans l’Hérault, c’est la Chambre d’agriculture et la métropole de Montpellier qui portent les projets. « Les vignerons ont trouvé le procédé surprenant, mais ils ont tous été très réceptifs, ils étaient fortement intéressés que cela permette de faire l’analyse de leur sol », indique Jackie Galabrun-Boulbès (divers droite), maire de Saint-Drézéry et vice-présidente de la métropole de Montpellier.

Les vignerons connaîtront l’analyse précise de leur sol dans quelques mois, après une étude en profondeur de leurs slips. Notamment l’humidité. Et la couleur.