Hérault : Feux, tourisme, noyades et fiestas... L'été est une saison (très) chaude pour les pompiers

SECOURS Les interventions bondissent chaque saison dans le département

Nicolas Bonzom

— 

Un camion de pompiers. (Illustration)
Un camion de pompiers. (Illustration) — LODI Franck/SIPA
  • Chaque été, les sirènes des sapeurs-pompiers résonnent bien plus que d’habitude dans le département de l’Hérault.
  • En cause, le tourisme, les noyades, les feux de forêt et les fiestas estivales.
  • Au plus fort de l’été, le Sdis de l’Hérault répond à 244 interventions par jour, une toutes les six minutes en moyenne.

Pour les sapeurs-pompiers de l’Hérault, l’été, c’est loin d’être les vacances. Chaque saison, les sirènes résonnent bien plus que d’habitude dans le département. En cause, les hordes de touristes qui déboulent sur le littoral ou l’arrière-pays, mais pas seulement.

« Le tourisme est une bonne chose pour l’économie, mais c’est pour nous une vraie problématique, indique Eric Florès, le patron du Sdis, le Service d’incendie et de secours de l’Hérault. Nous avons appris à nous organiser, pour appréhender cette réponse opérationnelle. Au même moment, nous avons les touristes, environ 200.000 personnes qui viennent dans le département, et les feux de forêt qui sont à leur paroxysme. »

« Il faut des personnes expérimentées pour les feux de forêt »

Pour prévenir des incendies estivaux, pas moins de 200 sapeurs-pompiers (sur 800 professionnels et 3.600 volontaires) sont positionnés certains jours sur les lieux à risque.

« Il n’y a pas de feu, nous sommes là pour attendre, dans des périodes où le risque est très sévère, reprend le contrôleur général. On ne peut pas recruter des saisonniers pour lutter contre des feux, il faut des personnes expérimentées. Le travail d’un service d’incendie n’est pas seulement de faire des interventions, mais aussi de se préparer, pour être en capacité de réaliser les interventions. C’est pour cela que l’on se forme. »

Fiestas et noyades

Pendant les mois de juillet et d’août les interventions augmentent globalement de 30 %. Mais dans certains coins de l’Hérault, la hausse peut être beaucoup plus élevée : + 162 % à Vias, + 132 % à Valras-Plage et Palavas-les-Flots, + 123 % à la Grande-Motte et + 106 % à Agde. En juillet et août 2018, les sapeurs-pompiers du département ont assuré 15.113 interventions, sur 73.513 toute l’année. Au plus fort de l’été, le Sdis de l’Hérault répond à 244 interventions par jour, une toutes les six minutes en moyenne.

Les noyades sont aussi une préoccupation majeure pour les sapeurs-pompiers du département : en 2018, leurs interventions ont permis que 81 personnes puissent arriver vivantes à l’hôpital pour recevoir des soins. Enfin, les fiestas estivales sont une charge de plus pour le Sdis : en 2018, lors des cinq jours de la Feria de Béziers, 231 victimes ont été prises en charge et lors des quatre jours de la Fête de la Saint-Louis de Sète, 46 interventions pour des secours à la personne ont été comptabilisées.