VIDEO. Montpellier : Les secrets des vertigineux balcons de l'Arbre blanc

ARCHITECTURE Selon les architectes, ce sont les balcons en porte-à-faux les plus longs du monde

Nicolas Bonzom

— 

L'un des balcons de l'Arbre blanc à Montpellier
L'un des balcons de l'Arbre blanc à Montpellier — N. Bonzom / Maxele Presse
  • Selon les concepteurs de l'Arbre blanc, le bâtiment dispose des balcons en porte-à-faux les plus longs du monde : jusqu'à 7,5 mètres pour les plus grands.
  • Une façon d'habiter à la fois « dedans et dehors », notent les architectes.
  • Ces terrasses permettent également de faire baisser la consommation d'énergie.

Difficile, pour qui souffre du vertige, de mettre un pied sur les balcons de l'Arbre blanc, dont les premiers habitants sont arrivés. Ces grandes avancées, qui semblent suspendues dans le vide, sont les plus longues de la planète, assurent les architectes du bâtiment de 17 étages, qui est sorti de terre au bord du Lez, à Montpellier.

L'Arbre blanc à Montpellier
L'Arbre blanc à Montpellier - N. Bonzom / Maxele Presse

Jusqu’à 7,5 mètres de long. Pour des balcons en porte-à-faux, c’est-à-dire directement attachés à la façade, sans poteaux qui les retiennent, c’est une première. « Dans un programme d’habitations, nous n’avons pas connaissance d’autres exemples dans le monde », confie Dimitri Roussel, qui a imaginé cette incroyable tour avec Nicolas Laisné, Manal Rachdi et l’architecte japonais Sou Fujimoto. Posés sur des équerres métalliques, ces terrasses, qui donnent l’illusion de feuilles accrochées à un arbre, sont l’un des charmes de cette dernière « folie montpelliéraine » que s’est accordée la ville.

« Ces terrasses permettent de réduire la consommation d’énergie »

Une façon d’habiter à la fois « dedans et dehors », notent les concepteurs de l’Arbre blanc. Et s’ils peuvent paraître fragiles à première vue, ces balcons, dont les plus grands mesurent 35 m2, peuvent pourtant supporter jusqu’à 350 kg par m2. « Sur la première partie de la terrasse, on est à l’abri de tous les regards, au centre, on commence à apercevoir les voisins, et au bout, on voit tout », indique l’architecte Manal Rachdi.

Mais ces balcons seraient aussi très utiles pour baisser la facture d’énergie. « Ces grandes terrasses, qui sont de véritables jardins, permettent de réduire de 20 à 30 % la consommation, car elles protègent la façade, le soleil ne tape pas, et il n’est pas nécessaire de rafraîchir les appartements », reprend Manal Rachdi.

Un bar sur le toit accessible à tous

Pour ceux qui aiment prendre de la hauteur, au 17e étage, l’Arbre blanc offre désormais la plus belle vue de Montpellier, la Méditerranée d’un côté, et le pic Saint-Loup de l’autre.

Sur ce toit à 55 mètres de hauteur sont disposés un espace réservé aux occupants de la tour, et un bar, accessible à tous. Jusqu’à 300 personnes pourront y grimper, jusqu’à 1h du matin. « Pour le prix d’un café, tout le monde pourra profiter d’une vue exceptionnelle », note Dimitri Roussel. En bas, un restaurant et une galerie d’art vont bientôt ouvrir.

Et pour ceux que l’Arbre blanc séduit, c’est déjà trop tard : les 113 logements ont été vendus en moins de trois mois, entre 4.500 et 5.500 euros le m2, soit bien au-dessus du prix moyen de Montpellier (3.794 euros le m2 en moyenne, selon des chiffres publiés par le site Internet Seloger le 17 mai). Forcément, le luxe, ça a un prix.