Montpellier : Vêtu d'un «gilet jaune», un ancien élu FN fait une «quenelle» en plein conseil municipal

PROVOCATION Djamel Boumaaz s’est déjà fait remarquer pour avoir démâté un drapeau LGBT sur le fronton de l’hôtel de ville

Nicolas Bonzom

— 

Djamel Boumaaz a fait une quenelle en plein conseil municipal de Montpellier.
Djamel Boumaaz a fait une quenelle en plein conseil municipal de Montpellier. — Conseil municipal de Montpellier

Djamel Boumaaz multiplie les provocations. Le conseiller d’opposition de Montpellier (Hérault), élu en 2014 sur la liste du FN avant de s’en affranchir, a effectué une « quenelle » en plein conseil municipal, mercredi soir.

Sur une vidéo du conseil municipal repérée par Métropolitain, on voit le conseiller municipal, vêtu d’un « gilet jaune » se livrer à ce geste qu’il considère comme « anti-système », tandis que d’autres y voient des références au salut nazi.

Condamné en février pour avoir démâté le drapeau LGBT

Au cours de son intervention, Djamel Boumaaz a déploré que Philippe Saurel (divers gauche), le maire de Montpellier, ait dit son intention de déposer plainte contre Dieudonné, le 6 mars dernier, après que l’humoriste lui ait adressé sur scène une « quenelle », qu’il a popularisée, lors de son passage dans la capitale héraultaise.

« Il ne m’impressionne pas, a répondu le maire à Djamel Boumaaz, après son intervention au conseil municipal. J’ai joué au foot pendant vingt ans. Ce sont des noms d’oiseaux pendant 90 minutes. Les vôtres M. Boumaaz sont ceux d’un petit oiseau. »

Ce jeudi, peu après 17h30, Philippe Saurel a indiqué son intention de déposer plainte contre l'élu d'opposition. « Ce type de comportement est en dehors des valeurs de la République », a déclaré le maire de la ville de Montpellier, dans un communiqué.

Djamel Boumaaz fait régulièrement parler de lui à Montpellier. En février, il a été condamné à six mois de prison avec sursis et cinq ans d’inéligibilité pour avoir décroché le 17 mai 2016, tandis que la ville participait à la Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, le « rainbow flag », symbole de la communauté LGBT, hissé par la collectivité devant l’hôtel de ville. Il a ensuite tenté de l’enterrer.