VIDEO. Les zombies, ça existe ? On a posé la question à un scientifique

MORT-VIVANT A l'occasion de la soirée Cult' à Montpellier, «20 Minutes» a interrogé Abdel Aouacheria, chercheur au CNRS, sur la probabilité d'une attaque de morts-vivants

Nicolas Bonzom

— 

Un homme déguisé en zombie lors d'une marche dans le cadre de la série The walking dead, à New-York, en 2010.
Un homme déguisé en zombie lors d'une marche dans le cadre de la série The walking dead, à New-York, en 2010. — Desrus Benedicte / Sipa
  • Pour Abdel Aouacheria, le zombie de la pop culture n’existe pas.
  • Mais l’être humain ou la nature peut parfois faire preuve de caractéristiques proches de ce que les films et les séries décrivent depuis des décennies.

Ils sont partout. Et pourtant, personne n’en a jamais vu. De La nuit des morts-vivants de Georges Romero à la série The walking dead, en passant par le jeu vidéo Resident Evil ou le clip Thriller, de Michael Jackson, les zombies occupent une place de choix dans la pop culture. Mais ces êtres qui hantent nos cauchemars pourraient-ils exister ?

A l’occasion des nouvelles soirées Cult', qui vont tenter de démêler le vrai du faux des blockbusters du moment, 20 Minutes a posé la question à Abdel Aouacheria, chercheur au CNRS et spécialiste de la mort cellulaire. Il est l’un des invités de cet afterwork d’un nouveau genre, lancé jeudi par l’association Science Animation.

« Ce que fait un zombie, un corps humain mort ne le peut pas »

« Le zombie qui est décrit dans les fictions est invraisemblable, confie le chercheur montpelliérain, qui s’intéresse de près à cet être mi-mort mi-vivant. Ce que fait un zombie, dans la réalité, un corps humain mort ne le peut pas. » Impossible, en effet, que les corps en putréfaction que l’on croise depuis des décennies au cinéma ou à la télévision puissent vagabonder dans les rues à la recherche de chair fraîche.

Pourtant, on peut retrouver dans des pathologies humaines et dans la nature certains « caractères zombies » ou des exemples de « zombification ». Notamment pour l’encéphalite léthargique, dont des cas ont été recensés au début du XXe siècle. « Il s’agit d’une maladie du sommeil, qui s’est manifesté dans les années 1920, dont l’origine est mystérieuse, note Abdel Aouacheria, qui œuvre au sein de l’Institut des sciences de l’évolution de Montpellier. Les patients se trouvent dans un état pseudo-comateux, mais peuvent complètement disjoncter lorsqu’on les stimule et déambulent tels des zombies. »

Un champignon qui transforme les insectes en « zombies »

Dans la nature aussi, on retrouve des « caractères zombies ». Les champignons entomopathogènes peuvent par exemple transformer leur victime, des insectes de toutes sortes, en véritable morts-vivants. Ces virulents parasites colonisent et prennent le contrôle du corps de certaines fourmis, qui deviennent alors leurs marionnettes jusqu’à ce que leurs cadavres se décomposent. « Le parasite pousse la fourmi à grimper le long de la tige d’une plante, puis à ficher ses mandibules sous une feuille pour y mourir, elle se met à vivre uniquement pour le champignon », indique le chercheur montpelliérain.

Un zombie dans la saison 5 de «The Walking Dead».
Un zombie dans la saison 5 de «The Walking Dead». - Greg Nicotero/AMC

Si l'armée américaine a bel et bien élaboré en 2011 un plan qui n’a rien d’une blague, à mettre en œuvre en cas d’attaque de hordes de zombies, il est peu probable que nous en connaissions une un jour. « Le zombie est révélateur de notre culture, de notre rapport au corps, à la mort, à l’identité, reprend Abdel Aouacheria. Il s’agit également d’un imaginaire, sollicité face à un monde menacé, par des sociétés frappées par le terrorisme, le dérèglement climatique et la peur du déclin. Cette expérience de pensée est intéressante car elle suggère que, face à la menace zombie, seule la collaboration entre les individus, la coopération internationale, peuvent permettre à l’humanité de survivre. Qui a dit que le zombie n’avait rien à nous apprendre ? »

 

La Halle Tropisme à Montpellier accueille ce jeudi (18h30) la première soirée Cult', organisée par l’association Science Animation. L’objectif de ces afterworks conviviaux d’un nouveau genre est de discuter avec des scientifiques et des experts des séries, des films ou des jeux vidéo du moment. « L’idée est de ressortir des questionnements scientifiques d’œuvres issues de la pop culture, en interrogeant des spécialistes, tout en cassant les codes de la conférence classique », confie Anaïs Moressa, chargée de mission à Science Animation. Premier thème à l’honneur, les zombies, décryptés par les chercheurs Abdel Aouacheria et Ahidjo Ayouba et l’auteur Joachim Dupuis. La soirée s’achèvera avec un quiz sur les morts-vivants. Gratuit, réservations ici.