Montpellier: Pas de trottinettes électriques en libre-service car «le cadre législatif est trop flou»

TRANSPORTS Après avoir annoncé la mise en libre-service de trottinettes électriques, la métropole de Montpellier a finalement fait machine arrière devant le flou juridique

Jerome Diesnis

— 

Entre piéton et engin motorisé, les trottinettes électriques n'ont pas encore de réglementation propre.
Entre piéton et engin motorisé, les trottinettes électriques n'ont pas encore de réglementation propre. — martin-dm/Getty Images

Philippe Saurel, le président (DVG) de la métropole de Montpellier, en avait fait l’annonce en marge des vœux de la métropole. La mise à disposition de trottinettes électriques en libre-service est finalement reportée sine die. « Le cadre législatif est trop flou. En cas d’accident, la métropole pourrait être tenue pour responsable », explique l’édile.

Le maire de Montpellier a envoyé une lettre à la ministre des transports Elisabeth Borne, afin de lever le flou juridique. La trottinette électrique n’existe pas dans le code de la route. Sa vitesse maximale ou la législation quant à l’obligation (ou pas) du port du casque ne sont donc pas définies.

Les précédents de Lyon ou Bordeaux

En attendant, la décision par la collectivité de mettre ces « engins de déplacement personnel » à disposition des Montpelliérains est au minimum reportée. A Bordeaux, Lyon ou Paris, les municipalités tentent de mettre de l’ordre – avec beaucoup de difficultés - dans leur utilisation.