Hérault: Des réservistes bénévoles pour donner un coup de pouce aux pompiers

SECOURS Le dispositif avait été évoqué par le ministère en septembre dernier

Nicolas Bonzom

— 

Les pompiers de l'Hérault lors d'un exercice de secours. (Illustration)
Les pompiers de l'Hérault lors d'un exercice de secours. (Illustration) — LODI Franck/SIPA

Le service départemental d’incendie et de secours (Sdis) de l’Hérault s’est doté d’un groupe de 70 pompiers réservistes, composé d’ex-casqués professionnels ou volontaires, notamment des retraités. Ce dispositif a déjà été mis en place dans quelques départements en France, même s’il n’a pour l’instant rien d’obligatoire.

Dans son plan d'action 2019-2021, le ministère de l’Intérieur avait évoqué en septembre dernier la mise en place de ce dispositif, « pour aider les SDIS au quotidien et en temps de crise ». Dans l’Hérault, on a pris les devants. Contrairement aux gendarmes réservistes, ces anciens sapeurs-pompiers, qui sont bénévoles, n’ont pas vocation à intervenir sur des incendies, des secours aux personnes ou des accidents de la route.

« Ce dispositif est ouvert à ceux qui veulent continuer à être utile »

« Il sera confié à ces anciens professionnels ou volontaires des missions de soutien, comme la promotion de la sécurité civile dans les établissements scolaires, l’accompagnement des 400 jeunes sapeurs-pompiers, ou l’organisation d’un casse-croûte après une opération, indique le contrôleur général du Sdis de l’Hérault, Eric Florès. Ce dispositif est ouvert à ceux qui veulent continuer à être utile. »

L’objectif est notamment de permettre aux quelque 4.800 sapeurs-pompiers de l’Hérault (professionnels, volontaires et jeunes) de se consacrer pleinement à leurs missions premières. En 2018, dans le département de l’Hérault, il y a eu 73.513 interventions sur douze mois, soit une sortie en moyenne toutes les sept minutes.