«Gilets jaunes» à Montpellier : Quatre dispositifs pour aider les commerçants impactés par les manifestations

COMMERCES La Chambre de commerce et la région Occitanie ont annoncé plusieurs dispositifs

Nicolas Bonzom

— 

Un homme fait ses courses, dans le centre-ville de Montpellier
Un homme fait ses courses, dans le centre-ville de Montpellier — N. Bonzom / Maxele Presse
  • Théâtre d’affrontements en marge des manifestations des « gilets jaunes », l’Ecusson se vide chaque samedi de ses clients.
  • La CCI n’exclut pas un retour dans les prochaines semaines des vigiles anti-casseurs.
  • La région met en place notamment des prêts pour les commerçants impactés.

Depuis des semaines, le centre-ville de Montpellier​ (Hérault) souffre. Théâtre d’affrontements en marge des manifestations des « gilets jaunes », l’Ecusson se vide chaque samedi de ses clients. Les chiffres d’affaires des 1.000 commerçants ont baissé de 40 à 50 %, selon la Chambre de commerce et d’industrie de l’Hérault (CCI).

Conjointement avec la chambre des métiers et de l’artisanat de l’Hérault et la région Occitanie, la chambre consulaire a présenté ce mardi plusieurs dispositifs, pour donner un coup de pouce aux commerçants en galère. 20 Minutes fait le point.

Les vigiles ne reviendront pas tout de suite. Le 16 février, la CCI a dépêché sur le pas des portes des boutiques 130 agents de sécurité, entre 12h30 et 19h30. Si l’utilité d’un tel déploiement n'a pas fait l'unanimité, André Deljarry, le président de l’organisme, n’exclut pas un retour de ce dispositif inédit, qui aura coûté plus de 20.000 euros. Mais pas dans l’immédiat. « Nous allons voir comment les choses se déroulent, pendant deux week-ends, puis nous ferons un point dans une quinzaine de jours, souligne-t-il. Ça a bien fonctionné. Ça a permis d’apaiser, de sécuriser les commerçants. »

Des sous pour les commerçants. La région Occitanie s’est associée à la Banque publique d’investissement pour proposer des aides exceptionnelles, à destination des commerçants et des artisans impactés par les manifestations des « gilets jaunes ». D’abord, une aide pour les travaux de remise en état ou de sécurisation des boutiques, réservés aux entreprises de moins de 30 salariés : une subvention de 2.000 à 8.000 euros pourra être débloquée. La région annonce aussi des prêts particuliers, notamment des prêts de trésorerie, de 5.000 à 50.000 euros, ou des prêts d’investissement, de 10.000 à 50.000 euros. « Nous avons besoin d’agir de façon concrète, sinon ce sont des milliers d’emplois qui seront menacés », note Carole Delga (PS), présidente de la région.

De la com' pour le centre-ville. Carole Delga a indiqué que la collectivité réfléchissait à la mise en place « d’opérations d’animation pour redonner envie aux clients de venir dans les centres-villes. » A l’image du Grand Bazar, à Montpellier, porté par la ville et la CCI. Le département s’est associé à la proposition, en offrant la possibilité de mettre en place une opération de communication sur ses panneaux d’affichage en bord de route.

Le parking gratuit ? L’idée n’est pas encore effective, mais elle fait son chemin. André Deljarry, le président de la CCI, espère convaincre les maires des grandes villes de mettre en place des heures de gratuité pour inciter les clients à venir faire du shopping dans les centres-villes. Deux heures gratuites, le vendredi et le dimanche, par exemple.