Hérault : Quinze jours après l'ouverture du contournement, le trafic a «déjà diminué» à Castries

ROUTE Une nouvelle route a été inaugurée le 20 octobre pour tenter d'enrayer les embouteillages qui règnent depuis de longues années sur l'avenue principale...

Nicolas Bonzom

— 

Sur l'avenue principale de Castries, vendredi.
Sur l'avenue principale de Castries, vendredi. — N. Bonzom / Maxele Presse

Le 20 octobre, les élus du coin inauguraient en grande pompe un projet vieux de dix-sept ans : le contournement de Castries, près de Montpellier, dans l'Hérault.

Portée par la métropole de Montpellier, la création de cette nouvelle route, qui relie désormais le nord-est de la capitale héraultaise aux agglomérations de Nîmes et d’Alès en passant par Sommières, a pour objectif de délester la traversée de ce village d’un peu plus de 6.000 habitants, où règne un important trafic routier depuis de longues années.

« C’était intenable »

Avec 17.500 véhicules qui serpentent chaque jour le long de l’avenue principale, cette infrastructure était « indispensable », assure Gilbert Pastor (PS), le maire de Castries. Quinze jours après l’ouverture de la RM 610, 20 Minutes est allé prendre la température dans la commune, pour constater si les premiers effets se faisaient ressentir.

« Il y a moins de monde. Certains soirs, quand j’étais au stade, ça bouchonnait de partout, c’était intenable », assure un habitant. « On avait des gros camions qui traversaient la ville, ça klaxonnait sans cesse, indique un autre riverain. Pour les piétons et les vélos, c’était dangereux. » « Nous attendons le retour des vacances​ pour évaluer l’impact du contournement, indique une vendeuse de fruits et de légumes. Mais c’était vraiment nécessaire. Le soir, parfois l’après-midi dès 16 h, le village était paralysé par une file incessante de voitures. » « C’est un peu plus calme », assure une employée.

A Castries, vendredi.
A Castries, vendredi. - N. Bonzom / Maxele Presse

« Je vais perdre des clients »

Mais si les habitants du coin vont à coup sûr gagner en bien-être, certains commerçants craignent que leurs magasins se vident de la clientèle qui passait jusqu’ici par Castries.

« C’est bien pour le village, ce sera plus calme, reconnaît le propriétaire d’un magasin. Mais moi, je n’étais pas forcément très pour, car je vais perdre des clients, c’est certain. » « C’est quand même surtout des habitués, des habitants de Castries qui fréquentent les boutiques de l’avenue. Nous verrons bien ! », relative une autre commerçante.

« Environ 80 % du trafic passe désormais à l’extérieur de la commune »

Gilbert Pastor, de son côté, souhaite attendre « jusqu’à mi-décembre » avant de tirer un premier bilan de l’ouverture du contournement inauguré il y a quinze jours. Mais selon le premier magistrat, Castries en profite déjà. « La circulation a déjà diminué, environ 80 % du trafic passe désormais à l’extérieur de la commune », souligne le maire. Quant à l’impact sur les commerces, il s’interroge : « De toute façon, les gens ne pouvaient pas se garer correctement pour y aller, c’était totalement bloqué », assure-t-il.

La création du contournement, dont les travaux ont été bouclés en un an, aura coûté 13,2 millions d’euros, financés par la métropole de Montpellier (5,55 millions), le département de l’Hérault (4,65 millions) et la région Occitanie (3 millions).