VIDEO. Montpellier : Avec ses Twizy électriques, Totem.mobi simplifie à fond l’autopartage

MOBILITE Après Marseille, la jeune entreprise s'installe à Montpellier...

Nicolas Bonzom

— 

Le service d'autopartage Totem.mobi débarque à Montpellier avec ses Twizy
Le service d'autopartage Totem.mobi débarque à Montpellier avec ses Twizy — N. Bonzom / Maxele Presse
  • Totem.mobi est un service d'autopartage de petites voitures électriques.
  • La start-up propose des Twizy électriques à la location.
  • Il n'y a plus de bornes, ni d'abonnements, ni de clé.

De drôles de véhicules sillonnent Montpellier : les Twizy. La start-up Totem.mobi s’est appuyée sur les petites voitures électriques de Renault pour lancer son service d’autopartage dans la capitale héraultaise. Après Marseille, berceau de la société, Montpellier est la deuxième ville à bénéficier du dispositif, qui propose une trentaine de voitures à la location, avant d’atteindre sans doute la centaine d’ici quelques mois.

Et pour tenter de séduire les usagers, les créateurs de Totem. mobi ont simplifié au maximum leur service, en tirant un trait sur les bornes et autres abonnements qui pouvaient jusqu’ici décourager certains. 20 Minutes a testé… et approuvé.

Une autonomie de 70 km

D’abord, il faut télécharger l’application sur son smartphone (Apple ou Androïd), puis s’inscrire en quelques clics, en faisant une photo de son permis de conduire, d’une pièce d’identité et un petit selfie. L’inscription coûte 1 euro, et une fois le dossier validé (cela peut-être quelques heures), il suffit de rechercher une voiture sur la carte, et de réserver. Chez Totem. mobi, on fonctionne avec une monnaie virtuelle, les tokens. Soit on paie à la course, soit on prend un paquet de tokens, pour être tranquille les prochaines fois.

Dans le véhicule, il n’y a plus de clé : il reste à s’identifier en Bluetooth depuis son téléphone, et la voiture démarre. Chargée, la Twizy dispose d’une autonomie de 70 km.

Environ 1 euro le quart d’heure

« Nous avons adopté le principe du free-floating, confie Martine Grosperrin, qui pilote le service. L’usager peut déposer la voiture là où il se souhaite, dans l’une des zones vertes indiquées sur l’application. » Des zones qui couvrent la quasi-totalité de la ville.

Autre point fort, le prix : le service revient à environ 1 euro le quart d’heure, et l’utilisateur ne paie pas le stationnement dans les rues de Montpellier. S’il recharge la voiture à une prise électrique, il a même droit à un petit bonus, qui permettra de baisser le prix du trajet la prochaine fois. Ultra-légère et facile à conduire, la petite voiture a tout de même un inconvénient : elle ne grimpe qu’à 80 km/h, donc pas d’autoroute. Mais pour filer à la plage à Palavas-les-flots, ou se balader du côté du pic Saint-Loup, c’est parfait.