VIDEO. Montpellier: «Nous étions entre eux et leurs proies», Laurent Ballesta raconte ses nuits au milieu des requins

AVENTURE Le film « 700 requins dans la nuit », raconte une étonnante expédition dans l'atoll polynésien de Fakarava...

Nicolas Bonzom

— 

Laurent Ballesta a passé des nuits avec les requins, en Polynésie.
Laurent Ballesta a passé des nuits avec les requins, en Polynésie. — Laurent Ballesta
  • Laurent Ballesta et son équipe ont passé des nuits au milieu des requins.
  • Tourné en Polynésie, le film « 700 requins dans la nuit » raconte leur aventure.
  • Laurent Ballesta est l'ancien compagnon de route de Nicolas Hulot dans « Ushuaïa ».

Une projection et une conférence. Le festival de voyages et d'aventure What a trip projette mercredi à 19h au centre Rabelais à Montpellier le film 700 requins dans la nuit, de Laurent Ballesta. Et une conférence de l’ancien compagnon d’aventure de Nicolas Hulot dans Ushuaïa Nature se tiendra vendredi à 13h sur l’esplanade Charles-de-Gaulle.

C'est en 2017 que le Montpelliérain et son équipe sont allés se frotter, caméras au poing, au plus près d’une impressionnante meute de squales, à 20, voire 30 mètres sous les mers, dans l’atoll polynésien de Fakarava. Des plongées préparées pendant près de trois ans. Car la première rencontre entre le photographe et biologiste marin et ces centaines de requins gris affamés remonte en fait à 2014, lors d’une nuit de pleine lune...

Rencontre impromptue

Laurent Ballesta s’immergeait alors pour Arte au beau milieu d’un incroyable ballet de reproduction de milliers de mérous, pour tenter de percer le mystère de ces drôles de poissons… Mais il n’était pas le seul à s’être invité à la fête : plus de 700 requins gris ont déboulé dans cet écrin du Pacifique, protégé par l’Unesco, pour croquer du mérou.

« Tous ces poissons qui viennent s’accoupler, c’est une manne de nourriture sans équivalent pour eux, raconte Laurent Ballesta. Sept cent, cela représente la plus grande densité de requins gris jamais observée dans le monde. » Le Mystère mérou bouclé, il décide alors de se pencher sur cette meute qui avait quelque peu bousculé ses plans.

Laurent Ballesta a passé des nuits avec les requins, en Polynésie.
Laurent Ballesta a passé des nuits avec les requins, en Polynésie. - Laurent Ballesta

« Des tornades de requins »

« Au contact des requins, on n’est jamais vraiment serein. Mais si lors des premières plongées, nous gardions un peu nos distances, persuadés qu’il fallait respecter certaines règles, petit à petit, on ne s’est plus vraiment posé de questions. Il nous a fallu un peu de temps pour comprendre que, certes, c’était impressionnant, mais pas aussi dangereux qu’on le pensait. Si ces requins nous bousculaient, ce n’est pas parce qu’on était des cibles, mais des obstacles sur leur passage. Nous étions entre eux et leurs proies. »

Cerné par des « tornades de requins », durant des plongées de cinq à six heures, le biologiste marin a eu tout de même quelques sueurs froides. « Il y a eu quelques points de sutures, raconte Laurent Ballesta. Une fois, j’étais persuadé de m’être fait mordre. En réalité, un requin tenait un poisson-chirurgien dans sa gueule, c’est le scalpel que ce poisson porte sur la queue qui m’a taillé la cuisse en passant à côté de moi. »

Cette incroyable aventure au milieu des requins gris est visible en VOD sur la boutique d'Arte, et fait l’objet d’un livre de 222 photos, paru aux éditions Andromède Océanologie.