Montpellier: Près des axes routiers, la pollution au dioxyde d'azote dépasse les limites

POLLUTION « 20 Minutes » fait le point sur le bilan 2017 de la qualité de l’air, dévoilé par Atmo…

Nicolas Bonzom

— 

La place Saint-Denis, à Montpellier, près des anciennes halles Laissac, où la qualité de l'air est particulièrement mauvaise.
La place Saint-Denis, à Montpellier, près des anciennes halles Laissac, où la qualité de l'air est particulièrement mauvaise. — N. Bonzom / Maxele Presse
  • Atmo Occitanie a dévoilé mardi son étude sur la qualité de l’air en 2017.
  • Près des axes routiers, la qualité de l’air est particulièrement polluée.
  • L’Hérault et le Gard sont aussi touchés par des pollutions à l’ozone.

Chaque année, en France, selon le ministère de la Santé, la pollution de l’air serait à l’origine de 48.000 décès prématurés. 20 Minutes fait le point sur le bilan 2017 de la qualité de l’air, dévoilé par Atmo, l’organisme en charge du dossier dans la région.

En Occitanie, « où les industries sont peu nombreuses, c’est le transport routier qui est le principal facteur de pollution », explique Vincent Allier, vice-président de la structure, même si le secteur agricole et le chauffage ont aussi une part de responsabilité. Il existe différentes sources de pollution de l’air : les particules, le dioxyde d’azote et l’ozone.

Alerte à l’ozone dans l’Hérault et le Gard

Concernant la concentration de particules dans l’air, les moyennes annuelles sont inférieures au seuil réglementaire (40 µg/m3) : 17 µg/m3 à Montpellier (18 à proximité des axes de circulation) et 16 à Nîmes (23 à proximité des axes de circulation).

En ce qui concerne l’ozone, les départements de l’Hérault et du Gard sont particulièrement concernés par de fortes concentrations, en raison des températures élevées, de l’ensoleillement et de la circulation estivale : si dans l’Hérault, à Montpellier, dans le Biterrois, l’Agathois, le Piscénois, et les hauts cantons, Atmo a constaté en 2017 une pollution à l’ozone au-dessus de l’objectif de qualité, dans le Gard, la situation était carrément critique dans le Rhodanien ou Alès et les Cévennes, classés rouge.

Le rond-point du Zénith et Près-d’Arènes classés rouge

Sur le dioxyde d’azote, si les moyennes sont dans les clous à Montpellier (21), Béziers (21), Alès (17) et Nîmes (15), certaines agglomérations « dépassent le seuil limite pour la santé [40 µg/m3] près des routes à fort trafic », pointe Dominique Tilak, la directrice d’Atmo : 44 à Montpellier, 43 à Perpignan et 40 à Alès. Dans les villes, Atmo indique qu’à Nîmes, entre 800 et 1.750 personnes sont exposées à des dépassements de la valeur limite pour ce polluant, entre 2.600 et 7.500 personnes à Montpellier.

Des bouchons dans le quartier Près-d'Arènes, à Montpellier.
Des bouchons dans le quartier Près-d'Arènes, à Montpellier. - N. Bonzom / Maxele Presse

Parmi les secteurs de la capitale héraultaise classés rouge (entre 40 et 80 µg/m3), le rond-point du Zénith, l’avenue Mendès-France, le cours Gambetta, le carrefour des anciennes halles Laissac, le secteur de Pitot ou encore Près-d’Arènes. A l’inverse, la Comédie, le Triangle, l’esplanade Charles-de-Gaulle ou les Aubes bénéficient d’une bonne qualité de l’air, avec des moyennes annuelles comprises entre 16 et 24 µg/m3.

Les jardins du Peyrou, eux, sont classés jaune (entre 24 et 32 µg/m3), pollués par la circulation automobile importante sur ses abords, notamment dans le secteur de Pitot.

La carte réalisée par Atmo sur le secteur d'Antigone : en rouge, la qualité de l'air est très basse.
La carte réalisée par Atmo sur le secteur d'Antigone : en rouge, la qualité de l'air est très basse. - Atmo
La carte réalisée par Atmo sur le secteur du Peyrou : en rouge, la qualité de l'air est très basse.
La carte réalisée par Atmo sur le secteur du Peyrou : en rouge, la qualité de l'air est très basse. - Atmo
La carte réalisée par Atmo sur le secteur de l'A9 : en rouge, la qualité de l'air est très basse.
La carte réalisée par Atmo sur le secteur de l'A9 : en rouge, la qualité de l'air est très basse. - Atmo

>> A lire aussi : Écoles : La qualité de l'air est « satisfaisante », malgré des points noirs

>> A lire aussi : Pollutions à proximité des terrains de sport : « Les polluants peuvent rendre les personnes plus sensibles aux allergies et aux infections »