Montpellier: Des graffeurs subliment les rideaux métalliques du Faubourg du Courreau

STREET-ART Une trentaine d'artistes ont réalisé des fresques pour donner un peu de couleurs au quartier...

Nicolas Bonzom

— 

L'artiste montpelliérain Salamech à l'oeuvre dimanche à Montpellier.
L'artiste montpelliérain Salamech à l'oeuvre dimanche à Montpellier. — N. Bonzom / Maxele Presse
  • Une trentaine de graffeurs ont sublimé les rideaux métalliques du Courreau.
  • Parmi eux, Salamech, Mest, Soda, Vodker ou encore Dante.
  • Cette artère commerciale a subi une profonde rénovation ces derniers mois.

L’une des plus anciennes artères commerciales de Montpellier a pris des couleurs, dimanche : une trentaine d’artistes graffeurs, venus des quatre coins de France et d’Europe, ont réalisé des fresques dans la rue du Faubourg du Courreau, récemment rénovée par la métropole. Armés de bombes de peinture, Salamech, Mest, Soda, Vodker, ou encore Dante, ont sublimé les rideaux métalliques des commerces.

« Ce genre d’événements, c’est dans l’air du temps », note le graffeur montpelliérain Salamech, dont le Bob l’éponge a attiré tous les regards dimanche. « Cela permet aux passants de dialoguer avec les artistes. D’habitude, le dialogue n’existe pas. »

« Ça va donner un peu de couleurs à cette rue »

« Certes, c’est très bien que les communes offrent des espaces de liberté aux graffeurs, souligne une autre artiste, qui s’affaire sur la devanture d’un magasin. Mais cela ne doit pas faire oublier que de manière globale, en France, on continue à effacer des œuvres, et mettre des amendes. » Dans le quartier, l’initiative, qui a attiré de nombreux curieux et fous de street-art, a donné le sourire aux habitants. « C’est génial, glisse une riveraine. Ça va donner un peu de couleurs à cette rue qui avait tendance à s’endormir un peu ! »

La rue du Faubourg du Courreau à Montpellier a eu droit à une rénovation en profondeur depuis septembre : le sol a été rénové, des jardinières ont été installées et 50 places pour les vélos ont été créées. Coût : 990.000 euros, financés par la métropole. Un plan de rénovation de logements, d’immeubles et de commerces a également été lancé.

>> A lire aussi : Sète : Comment l’Île singulière est devenue un musée du street art à ciel ouvert