VIDEO. Montpellier: A 28 ans, Zerator est un dinosaure du streaming

JEUX VIDEO Le Montpelliérain est l’une des stars du jeu vidéo en ligne en France. Il sera l’un des invités de l’Occitanie E-Sports ce week-end à la Sud de France Arena…

Nicolas Bonzom

— 

Zerator, star du jeu vidéo en ligne.
Zerator, star du jeu vidéo en ligne. — N. Bonzom / Maxele Presse
  • Star du streaming en France avec des centaines de suiveurs, le Montpelliérain Zerator est l’un des invités de l’Occitanie E-Sports ce week-end.
  • Sa passion des jeux vidéo, c’est son frère aîné qui l’a plongé dedans.
  • Il met sa notoriété au profit de bonnes œuvres en récoltant des fonds pour des causes – sinistrés de l’ouragan Irma – ou des associations.

Zerator vit d’un métier qu’on aurait à peine osé imaginer il y a quelques années : il gagne sa vie en jouant à World of Warcraft, Minecraft ou encore Hearthstone. Les directs de ce Montpelliérain de 28 ans, véritable star du streaming en France, sont suivis à chaque fois par des centaines de milliers de passionnés de jeux vidéo sur Internet.

Son casque-micro vissé sur la tête, ses lunettes de soleil vert fluo sur le nez, Adrien Nougaret dispense depuis bientôt dix ans ses humeurs et ses astuces sur les gros titres du moment, et fait découvrir à sa communauté les jeux indépendants qui méritent le détour. « Ce n’est pas parce que j’ai un bon niveau de jeu, mais plutôt parce que les gens passent du bon temps, je les fais rire, je pense que c’est ce qu’ils aiment, c’est du divertissement », confie Zerator, qui sera l’un des invités de l'Occitanie E-Sports.

« J’ai pas mal usé ma Super Nintendo »

En France et partout dans le monde, le jeune homme sillonne les salons, pour jouer ou commenter des compétitions de gaming. Le jeu vidéo, il est tombé dedans petit, quand son frère aîné passait tout son temps libre sur les premiers micro-ordinateurs. « C’est lui qui m’a bercé, je le regardais beaucoup jouer, puis j’ai joué avec lui, reprend le streamer. J’ai pas mal usé ma Super Nintendo, puis je me suis vite orienté sur PC. »

Au début des années 2010, l’adolescent montpelliérain féru de gaming tombe un peu par hasard sur une compétition de Starcraft II, un jeu vidéo de stratégie qui était alors ultra-populaire. Pour lui, c’est le coup de foudre. « J’ai vu un commentateur y jouer, je l’ai trouvé un peu mou, cela m’a donné envie d’essayer. J’ai envoyé un mail à un site, qui m’a pris à l’essai. A l’époque, c’était très peu répandu, les connexions permettaient mal la retransmission de compétitions sur Internet, et les ordinateurs… N’en parlons pas. »

Plus de 487.500 euros au profit des victimes de l’ouragan Irma

Son BTS informatique en poche, Zerator voit au fil des années sa communauté grossir à vue d’œil. Jusqu’à devenir une véritable vedette du e-sport, un de ceux qui comptent dans le milieu. Un statut qu’il met au profit de bonnes œuvres : régulièrement, il met en place des événements pour récolter des fonds pour des causes ou des associations.

En 2017, il mobilise une trentaine de streamers, et parvient à récolter plus de 487.500 euros en 72 heures pour la Croix-Rouge, entièrement reversés aux victimes de l’ouragan Irma. L’Héraultais obtiendra même les félicitations d’Emmanuel Macron.

« Il est très probable qu’on le refasse cette année, en mettant en avant des associations qui ne bénéficient pas forcément d’une grande visibilité chez les plus jeunes. C’est important lorsque l’on a une communauté de pouvoir s’en servir pour des causes comme celles-là », confie-t-il. Autre défi pour le joueur, la conception d’un jeu vidéo : Zerator a fondé un studio, Unexpected, qui travaille activement sur son premier jeu, Dwarf.

Samedi et dimanche, la Sud de France Arena à Montpellier accueille la 1re édition de l’Occitanie E-Sports, qui accueillera des tournois sur de nombreux jeux, mais aussi un village gaming. Informations et tarifs : occitanie-esports.com.

>> A lire aussi : Des gamers récoltent 450.000 euros pour les sinistrés d'Irma

>> A lire aussi : Pourquoi Montpellier est l'une des capitales du jeu vidéo en France

>> A lire aussi : On a testé «Old School Musical», le jeu de rythme à l'ancienne de la Switch