Montpellier : A la paillote Bambou, un Meilleur ouvrier de France met la mer sur un plateau

LITTORAL Ce Lyonnais a lâché ses poissonneries pour assouvir son désir d’indépendance. Il est à la plage privée de la Grande-Motte jusqu’à la fin de l’été…

Nicolas Bonzom

— 

Le Meilleur ouvrier de France Cédric Bejaoui, à la paillote Bambou à la Grande-Motte.
Le Meilleur ouvrier de France Cédric Bejaoui, à la paillote Bambou à la Grande-Motte. — N. Bonzom / Maxele Presse

A la paillote Bambou, Cédric Bejaoui régale les amateurs de fruits de mer. Meilleur ouvrier de France depuis 2011, cet écailler à la fibre d’entrepreneur a lâché ses très prisées poissonneries lyonnaises, pour répondre à son désir d’indépendance.

Désormais, il balade son col tricolore dans les lieux les plus prestigieux, comme la maison Bocuse, ou depuis l’arrivée des beaux jours, la plage privée de la Grande-Motte​.

« Il y a toujours un fil conducteur dans la vie »

Jusqu’à la fin de l’été, cet amoureux des « bons produits », très investi auprès de centres de formation, où il apprend les gestes précis de l’écailler aux plus jeunes, il sélectionnera les meilleurs homards, langoustines, huîtres, bulots, crevettes royales et autres palourdes. Mais pourtant, rien ne le destinait au départ au métier de poissonnier écailler.

Le Meilleur ouvrier de France Cédric Bejaoui, à la paillote Bambou à la Grande-Motte.
Le Meilleur ouvrier de France Cédric Bejaoui, à la paillote Bambou à la Grande-Motte. - N. Bonzom / Maxele Presse

« J’ai fait une formation de charcutier traiteur, puis je me suis engagé dans la marine, en tant que commandant, trois ans. J’avais envie de vivre une expérience différente », confie Cédric Bejaoui. De retour sur terre, il enchaîne les banquets en tout genre, avant d’être embauché par un traiteur, qui lui donnera le goût des produits de la mer.

« J’ai tout de suite accroché, il y a une telle variété, tellement de techniques de travail différentes, reprend le Meilleur ouvrier de France. La marine, les poissons, les fruits de mer, la paillote… Tout se rejoint, il y a toujours un fil conducteur dans une vie. »